La Royale Modélisme
Bonjour et bienvenue sur la Royale !

Connectez-vous ou rejoignez notre communauté en vous inscrivant !

Bon vent !
La Royale Modélisme
Bonjour et bienvenue sur la Royale !

Connectez-vous ou rejoignez notre communauté en vous inscrivant !

Bon vent !
La Royale Modélisme
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


Forum pour tous les passionnés de modélisme naval
 
PortailAccueilS'enregistrerFAQConnexionLe BISMARCK coté allemand - Page 7 Sans_t13
 

 Le BISMARCK coté allemand

Aller en bas 
+9
PapyWawa
VCDNDA
Fabien L
didier
AD'HOC
Christian Le Normand
Yuth
orionv
surcouf
13 participants
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous



Le BISMARCK coté allemand - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Le BISMARCK coté allemand   Le BISMARCK coté allemand - Page 7 EmptySam 23 Oct 2010, 16:32

je vais me répéter mais c'est toujours un plaisir pour moi de lire ton récit si bien relaté
Revenir en haut Aller en bas
surcouf
Maître principal
Maître principal
surcouf


Navire préféré : Cuirassés et vaisseaux de ligne..

Le BISMARCK coté allemand - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Le BISMARCK coté allemand   Le BISMARCK coté allemand - Page 7 EmptySam 23 Oct 2010, 16:36

pascal 94 a écrit:
je vais me répéter mais c'est toujours un plaisir pour moi de lire ton récit si bien relaté
:pirat: Wink Merci pascal!
Revenir en haut Aller en bas
surcouf
Maître principal
Maître principal
surcouf


Navire préféré : Cuirassés et vaisseaux de ligne..

Le BISMARCK coté allemand - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Le BISMARCK coté allemand   Le BISMARCK coté allemand - Page 7 EmptySam 23 Oct 2010, 23:51

L'ancien a écrit:
Le bonjour te va,

J'ai imprimé le récit il est superbe, de plus il est sauvé sur DD !

Il mérite la relecture, c'est vraiment genre roman feuilleton, et dans le sens noble !
:pirat: Merci pour ton travail Mike, je potasse la fin!
A+
Revenir en haut Aller en bas
surcouf
Maître principal
Maître principal
surcouf


Navire préféré : Cuirassés et vaisseaux de ligne..

Le BISMARCK coté allemand - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Le BISMARCK coté allemand   Le BISMARCK coté allemand - Page 7 EmptyDim 24 Oct 2010, 13:07

:pirat: Voici la fin de l'histoire les amis!
Le BISMARCK coté allemand - Page 7 4cwdd8t96a
la fin du Bismarck par Jörg Wischmann (collection personnelle)


Adalbert Schneider responsable de l’artillerie du Bismarck prend d’abord pour cible le vieux Rodney dans l’espoir de le détruire comme le Hood.
Les 380 crachent leurs obus dans un raffut épouvantable.
Les Anglais sont cernés par les salves mais en profitent pour régler leur tir. Un croiseur vient les rejoindre (le Norfolk).
A la 3èmesalve le Bismarck encadre le Rodney (des éclats touchent le navire et endommagent le dispositif de visée anti-aérienne).
8h59 :
Un autre navire entre en scène (le Dorsetshire).
A bord du cuirassé cerné par 4 navires, il existe peu d’espoir car il est impossible de manœuvrer.
Le soleil monte sur l’horizon éclairant une scène dramatique.
Immédiatement au premier tir Anglais le destin du Bismarck bascule.
Un obus de 406 du Rodney explose près des tourelles Anton et Bruno et les bloque.
(Il est probable que le même tir se répercutant par éclats sur la passerelle ait tué instantanément l’amiral Lutjens , car on n’entendra plus jamais parler de lui).
Le massacre commence.
Un obus de150 mn du Norfolk détruit le poste avant de contrôle de tir, tuant Adalbert Schneider et sa courte vie de croix de chevalier. Coïncidence étrange la même mésaventure est arrivée au Hood.
Ainsi le Bismarck est dès le début privé de la moitié de son artillerie lourde.
—Qu’est-ce qu’il attend ?.
Müllenheim Rechberg attend les ordres de tir de Schneider.
Fredrich Cardinal aux commandes de la salle avant de contrôle de tir répond :
—La communication avec le poste de contrôle principal est coupée. Les tourelles Anton et Bruno sont hors service. Schneider ne répond plus.
Rechberg devient donc responsable des tourelles arrière César et Dora derniers 380 de l’artillerie lourde.
Le Rodney ayant disparu pour se placer en meilleure position de tir. Rechberg concentre le tir sur le King George V s’approchant rapidement.
—Feu !
Rechberg rivé à son appareil de visée a ordonné le tir. Pas facile avec le cap erratique du cuirassé, mais il arrive à peu près à se débrouiller.
César et Dora se déchainent, tirant salve sur salve et encadrent le King George V.
Brusquement une explosion projette Müllenheim Rechberg en arrière et détruit l’appareil de visée.
Désormais le Bismarck est aveugle.
—Tir sans réglage. Ordonne l’officier.
César et Dora tirent désormais au jugé.
9h15 :
C’est la fin.
Le King George V et le Rodney s’approchent sans hésiter pour utiliser aussi l’artillerie moyenne. C’est à ce moment que l’enfer commence.
Une grêle meurtrière s’abat sur le Bismarck.
Le cuirassé est entouré de geysers, ses superstructures envahies d’explosions ininterrompues. Les cuirassés Anglais tirant presque au pointage négatif, les obus rebondissent sur la mer et la coque.
Dans les soutes ont entend le martèlement des explosions et l’ébranlement des tirs de César et Dora. Tout blindage léger est percé comme du gruyère.
Les communications internes sont rompues. Dans la proue régulièrement percée les cadavres s’accumulent.
9h21 :
Un obus de 406 touche César. Les servants s’en sortent mais les canons sont faussés.
9h30 :
Le canon tribord de Dora explose.
9h31 :
Tous les canons du Bismarck se taisent.
Mais les Anglais continuent le tir sans ralentir. (2876 obus furent tirés, dont 719 d’artillerie lourde)
Désormais le cuirassé n’est plus qu’une épave en feu. A chaque coup au but, les plaques de blindage des ponts se soulèvent pour retomber dans un tourbillon d’étincelles.Mais le Bismarck ne s’enfonce pas. Son blindage principal et ses cloisons maitresses résistent.
De son poste de commandement en dessous du kiosque d’observation le capitaine Oels réalise que le cuirassé ne coulera pas. Non seulement les Anglais vont continuer à tirer tant qu’il flottera, mais ils risquent même de remorquer l’épave. Cette dernière perspective insupportable pour l’Allemagne lui fait ordonner :
—Exécutez la manœuvre numéro 5. Sabordez le navire.
C’est lui qui assure désormais le commandement du Bismarck.
Oels et son état major gagnent l’arrière du cuirassé car la proue est ravagée par le feu.
Gerhard Junack est à son poste dans la salle des machines lorsqu’il reçoit l’ordre suivant :
—Sabordez le navire. Dit Walther Lehmann.
Junack acquiesce l’air grave. Il va inspecter les cloisons de la salle des machines afin de s’assurer qu’elles sont ouvertes. Puis il ordonne aux quartiers-maîtres :
—Allumez les mèches des charges de sabordement !.
Ces charges sont placées sur le circuit de refroidissement afin de noyer les chaudières et les machines. Les soutiers exécutent l’ordre, puis tout le monde quitte son poste.
L’ordre de sabordage a été aussi reçu à la poupe par le premier maître Wilhelm Schmidt responsable de l’équipe des avaries. 4 ou 5 obus ont ravagé la poupe dont le système d’éclairage et de ventilation sont détruits.
Il entend :
—Exécution de la manœuvre n°5 !.
Aussitôt il inverse les pompes pour inonder les lieux et demande à ses hommes de le suivre vers les ponts supérieurs. Ils y parviennent à travers les trous d’obus car tout le reste est effondré ou bouleversé.
Heinz Jucknat, Adolf Eich et Franz Halke rampent à travers le navire en ruine au milieu d’amas de ferrailles brulantes et tuyauteries crevées. Ils réussissent à gagner le pont en forçant une écoutille. Aussitôt un liquide brunâtre et visqueux leur coule dessus.
—Mon Dieu Heinz, mais c’est du sang !.
Dans le poste intérieur de commandement le marin Josef Stratz voit les clignotants du panneau de contrôle indiquer que le navire se remplit d’eau rapidement. Il quitte le poste pour rejoindre les ponts supérieurs mais c’est impossible tout est effondré ou obstrué.
—Viens par ici.
Deux marins l’interpellent. Ils s’engagent tous 3 dans un conduit blindé de ventilation aboutissant à l’air libre. Après une horrible reptation dans la graisse, ils sortent enfin épuisés. Un obus volatilise aussitôt les 2 marins et blesse Stratz.
Les survivants sortent hébétés des fonds du navire. Un spectacle dantesque s’offre à eux. Il ne reste aucune trace des canons anti-aériens et projecteurs du poste arrière. La cheminée est percée comme une écumoire. Partout des morceaux humains et du sang jonchent les ponts.
Le capitaine Oels monte sur le pont à ce moment à la tête d’une centaine d’hommes qu’il a réussit à extraire des fonds et emmener avec lui. Ils sont tous tués de plein fouet par le dernier tir Anglais. Voyant cela un canonnier devient fou et se met à tirer sur des avions imaginaires.
10h15 :
Les Anglais cessent le feu.
Le Bismarck commence à giter fortement sur bâbord.
Heinz Jucknat lui, demeure insensible au sang ruisselant sur le pont et les incendies. Hébété dans un état second les oreilles bourdonnantes, il s’assied par terre pour fumer une cigarette.
—Je peux en avoir une ?
Jucknat se retourne et voit un marin ramper vers lui. Comme dans un cauchemar il s’aperçoit qu’il lui manque les 2 jambes. Pourtant l’homme ne saigne pas tant ses moignons sont brulés. Jucknat lui allume sa cigarette.
Tandis qu’ils fument côte à côte un autre matelot s’approche.
— Jette-moi par-dessus bord. Demande le mutilé.
L’autre le regarde interloqué :
—Je ne peux pas faire ça !.
—Je t’en supplie, je suis foutu !.
L’homme hésite quelques instants, puis soulève l’infirme.
Jucknat détourne son regard.
Le Bismarck s’incline de plus en plus, mais les Anglais semblent ne pas s’en rendre compte.Un croiseur s’approche (le Dorsetshire) et tire 3 torpilles. A part des morts supplémentaires, le cuirassé ne semble pas affecté par cette nouvelle attaque.Il coule au rythme du sabordage.
De plus en plus de marins se jettent à la mer, d’autres hésitent, certains chantent de vieux refrains.
10h20 :
Cette fois le cuirassé adopte un angle inquiétant. Il devient difficile de tenir debout.Juknat décide lui aussi de se jeter à l’eau. Il enlève ses bottes, son uniforme et enfile son gilet de sauvetage. Puis trouvant un endroit favorable se laisse glisser dans la mer.
Adolf Eich,Gerhard Junack, Franz Halke suivent le même chemin. Quelques fous sautent la tête la première et se brisent la nuque. Cardinal et Stratz se sauvent par l’avant du navire.
Müllenheim Rechberg pense un instant récupérer ses affaires personnelles. Voyant les regards de ses hommes tournés vers lui, il se rappelle son devoir et demeure avec eux. Il organise leur sauvetage et les regroupe autour de Dora :
—Attendez avant de sauter à la mer, ça vous fera moins de temps dans l’eau glacée. Les Anglais ne sont pas loin. Ils vont nous recueillir.
Le Bismarck s’enfonce lentement par bâbord et par la poupe.
—Saluez le drapeau !. Ordonne Rechberg.
Tout le monde salue et se jette à la mer.
Heinz Juknat qui surnage est stupéfait d’apercevoir Lindemann et un jeune marin sur le gaillard avant. Lindemann semble lui ordonner de sauter à l’eau.
Ce dernier refuse et reste avec lui. Les deux hommes saluent tels des héros Wagnériens
Quelques minutes plus tard le Bismarck coule par l’arrière. Sa proue profilée pointe majestueusement vers le ciel et disparaît.
Il est10h36.
Du côté Anglais on est fébrile. 12 Swordfishs tournent au dessus du naufrage.
Ils devaient lancer des torpilles, mais le feu à été tel qu’ils n’ont pu prendre le risque de piquer dans cet enfer.
Au bout d’une heure de tir ininterrompu à bord du Rodney et du King Georges V il y a autant de dégâts que si le Bismarck les avait touchés.
Les canons du King sont tombés en panne et il y a des meubles brisés sur tout le navire. A bord du Rodney c’est pire encore, tous les canons de gros calibre ont sautés hors de leurs affuts et les carrelages sont brisés ainsi que les meubles et la vaisselle. Les ponts sont défoncés, les rivets desserrés. Il y a des fuites d’eau partout.
A court de carburant l’amiral Tovey jette l’éponge et décide de rentrer. Il laisse au destroyer Maori et au croiseur Dorsetshire le soin de recueillir les survivants.
La mer est trop forte pour mettre des embarcations à la mer. Sur le Dorsetshire on lance des filins. Au milieu des nappes de mazout et dans une eau à 13 degrés, les survivants se battent pour s’agripper aux filins. L’huile rend les cordes glissantes.
Müllenheim Rechberg à la chance de trouver une boucle et glisse son pied dedans. Josef Stratz cherche son ami Friedrich Cardinal dans la mer et le trouve enfin. Mais l’homme s’est suicidé dans l’eau. Franz Halke est sauvé par le Maori. Junack et Adolf Eich réussissent à grimper à bord du Dorsetshire.
Craignant la présence des sous marins, les 2 navires mettent en route. S’ensuit une des scènes les plus terribles de la seconde guerre mondiale. Des marins allemands accrochés aux filins hurlent et griffent les coques en suppliant de les hisser à bord. Un marin qui avait réussit avec ses deux bras coupés à s’agripper avec ses dents a un filin se débat comme un diable. Un marin Anglais au péril de sa vie descend le long du bord et tente de le sauver, mais doit remonter à bord et subit une mesure disciplinaire.
Longtemps les cris et suppliques de ces marins hanterons les Anglais.
Seuls 110 hommes du Bismarck furent sauvés.
Devant de tels actes de courage on ne peut que rendre hommage à ces marins Anglais et Allemands qui se sacrifièrent pour leurs pays.
Surcouf 2010.
Le BISMARCK coté allemand - Page 7 Egh22m8rue
Naufragés du Bismarck (collection personnelle)

Sources principales: la découverte du Bismarck par Robert D Ballard et Rick Archbold éditions Glénat.
A+ Wink
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



Le BISMARCK coté allemand - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Le BISMARCK coté allemand   Le BISMARCK coté allemand - Page 7 EmptyDim 24 Oct 2010, 13:30

magnifique fin toujours aussi bien relatée avec cette fin du Bismarck tu nous a tenu en haleine pendant des semaines sois en remercié ainsi qu'Ad'hoc pour ses documents photos, j'ai lu dans le temps le livre "Coulez le Bismarck" mais j'ai eu plus de passion à lire ta narration, merci pour tout ce travail
Revenir en haut Aller en bas
didier
Elève officier
Elève officier
didier


Localisation : Bruxelles - Watermael Boitsfort
Navire préféré : Mercator

Le BISMARCK coté allemand - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Le BISMARCK coté allemand   Le BISMARCK coté allemand - Page 7 EmptyDim 24 Oct 2010, 15:57

Ce qu'il y a d'effroyable c'est d'imaginer tous ces survivants dans l'eau qui ne sont pas recueillis. Et il en a été ainsi des deux côtés ... Vae Victis !

_________________
Sévissant aussi sur ce forum sous les alias de "Desiderius", "le sous-marinier belge" Suspect ou encore "l'ophtalmo sadique" :twisted:
Prétendu descendant d'un volontaire du 7ème (*) rgt de Hussards de Napoléon Le BISMARCK coté allemand - Page 7 Monter10
Le BISMARCK coté allemand - Page 7 004510
Puissent tous les hommes se souvenir qu'ils sont frères (Voltaire) cheers
(*) pourquoi le 7ème ? Pardi c'est le seul à s'être battu à Waterloo !
Revenir en haut Aller en bas
orionv
PanzerGeneral
PanzerGeneral
orionv


Localisation : Marseille/
Navire préféré : les destroyers anglais of coursel

Le BISMARCK coté allemand - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Le BISMARCK coté allemand   Le BISMARCK coté allemand - Page 7 EmptyDim 24 Oct 2010, 19:37

Voilà je viens de terminer cette lecture et j ai exactement la même pensée que Didier...
Chapeau pour Surcouf,maintenant on attend le récit coté anglais...

Amitié Rémy

_________________
Amitié Rémy                

Le BISMARCK coté allemand - Page 7 440775orionv

C est en maquettant que l on devient maquettiste

" 1 clic doit avoir pour réponse 2 clics"

The amazing Orionv
Revenir en haut Aller en bas
surcouf
Maître principal
Maître principal
surcouf


Navire préféré : Cuirassés et vaisseaux de ligne..

Le BISMARCK coté allemand - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Le BISMARCK coté allemand   Le BISMARCK coté allemand - Page 7 EmptyDim 24 Oct 2010, 19:48

:pirat: Merci à tous pour votre aide et encouragements!
Rémy je commence après une pause!
A+
Revenir en haut Aller en bas
AD'HOC
Bagnard Banni




Le BISMARCK coté allemand - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Le BISMARCK coté allemand   Le BISMARCK coté allemand - Page 7 EmptyDim 24 Oct 2010, 23:21

Bien le bonjour cher Corsaire,

Grand merci pour ce magnifique récit!!! Very Happy

Comme d'habitude quelques photos complémentaires:

Le Rodney, à la curieuse silhouette:

Le BISMARCK coté allemand - Page 7 446103Rodney.2

Croiseur lancé en 1925, il dispose de neuf 406mm comme artillerie principale.

Le BISMARCK coté allemand - Page 7 493672Rodney

Le Dorsetshire, croiseur de type Norfolk:

Le BISMARCK coté allemand - Page 7 459619Le_Dorsetshire

qui, aussitôt le combat fini, vint secourir les survivants:

Le BISMARCK coté allemand - Page 7 984685Les_survivants_du_B.

Il put recueillir 85 naufragés et le destroyer Maori 25. Les 2 navires interrompirent le sauvetage quand on signala une alerte périscope. L'aspirant Briggs qui avait sauté à la mer pour sauver un allemand qui se noyait fut hissé à bord de justesse.
Son geste lui valut d'être traduit en cour martiale qui l'acquitta.

On savait qu'il y avait des sous-marins dans le secteur.
Est-ce l'U.556 qui n'avait plus de torpilles ou l'U.74 qui disposait encore de ses torpilles mais était avarié?

Le BISMARCK coté allemand - Page 7 890079U.74

En tout cas, l'U.74 recueillit 3 naufragés et patrouilla encore près de 2 jours, alors qu'il ne pouvait plus plonger, pour tenter de retrouver des survivants. En vain.

Le chalutier Sachsenwald, devenu bâtiment météo, recueillit pour sa part 2 autres matelots.

Le 29 mai le croiseur espagnol Canarias ne trouva plus que 2 corps qui furent immergés avec les honneurs militaires.

Ce fut donc 115 hommes sur les 2221 que comptait le Bismarck qui purent être recueillis. L'un d'eux, grièvement blessé, mourut sur le Dorsetshire et fut rendu à la mer avec tous les honneurs.

Enfin, une photo du Bismarck prise dans le dernier engagement:

Le BISMARCK coté allemand - Page 7 598952Le_Bismarck_fait_feu

Voilà,

A+
Amicalement
Revenir en haut Aller en bas
surcouf
Maître principal
Maître principal
surcouf


Navire préféré : Cuirassés et vaisseaux de ligne..

Le BISMARCK coté allemand - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Le BISMARCK coté allemand   Le BISMARCK coté allemand - Page 7 EmptyLun 25 Oct 2010, 09:12

:pirat: Merci AD'HOC pour cette documentation remarquable!
A+
Revenir en haut Aller en bas
surcouf
Maître principal
Maître principal
surcouf


Navire préféré : Cuirassés et vaisseaux de ligne..

Le BISMARCK coté allemand - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Le BISMARCK coté allemand   Le BISMARCK coté allemand - Page 7 EmptyLun 25 Oct 2010, 11:25

L'ancien a écrit:
le bonjour vous va,
Le forum me refusant le complément d'Ad'hoc je l'ai mis après (texte trop long pour 1 message).

Donc je te remercie en mon nom et au nom du forum pour ce récit qui est une première chez nous.

Une chose m'interpelle tout de même, il est dit que le navire s'est sabordé mais n'a pas été coulé. Si c'est vrai le commandement a été vraiment déguelasse puisqu'il n'y a eu que 115 hommes de rescapés...

Merci Mike pour ton travail. Je pense qu'il y avait beaucoup de survivants à la mer (puisque le Bismarck a coulé lentement) et que les Anglais sont partis beaucoup trop vite abandonnant de nombreux survivants (a cause des sous marins)
A+
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



Le BISMARCK coté allemand - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Le BISMARCK coté allemand   Le BISMARCK coté allemand - Page 7 EmptyLun 25 Oct 2010, 11:42

merci Ad'hoc pour ces photos, c'est une bataille qui a couté beaucoup de morts des 2 cotés!
Revenir en haut Aller en bas
AD'HOC
Bagnard Banni




Le BISMARCK coté allemand - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Le BISMARCK coté allemand   Le BISMARCK coté allemand - Page 7 EmptyLun 25 Oct 2010, 11:43

Bien le bonjour à tous,

Effectivement, il y aurait eu plus de survivants si le Bismarck avait amené son pavillon.
D'après les témoignages des 2 bords, en particulier le Cdt du navire météo et le Cdt de l'U.74, il y avait des centaines de corps sur le lieu du naufrage.
Beaucoup de marins du Bismarck (certains étaient très jeunes et n'avaient pas connu l'épreuve du feu avant leur embarquement) se sont jetés à l'eau pour échapper aux incendies et à la noyade dans les fonds du navire, mais ils se noyèrent ou furent tués par les éclats.
Si le pavillon avait été amené, les Britanniques auraient arrêté le pilonnage et, selon les sources, c'est de 500 à 800 hommes qui auraient survécu.

A noter que l'amirauté britannique envoya à Berlin les noms des survivants récupérés par le Dorsetshire et le Maori.

A+
Amicalement Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
BROMURE
Vice-Amiral
Vice-Amiral
BROMURE


Localisation : FLERS EN ESCREBIEUX 59128
Navire préféré : Automoteur Freycinet des Forges de Strasbourg

Le BISMARCK coté allemand - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Le BISMARCK coté allemand   Le BISMARCK coté allemand - Page 7 EmptyLun 25 Oct 2010, 11:44

Bien le bonjour

bravo pour ce recit, j'ai appris beaucoup de choses car je ne connaissais pas l'histoire dans le détail

je fais un commentaire sur sa fin

Un navire vraiment bien conçut et admirablement construit, quand on voit le deluge de fer et de feu qui lui tombe dessus dont des 406, le nombre d'obus tiré de tous calibres tiré par les anglais et il est toujour à flot c'est le sabordage qui le fait sombrer, on peut dire bravo à ses concepteurs et à la qualité de sa realisation
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



Le BISMARCK coté allemand - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Le BISMARCK coté allemand   Le BISMARCK coté allemand - Page 7 EmptyLun 25 Oct 2010, 11:53

bonjour à tous je pense que c'était des fanatiques, ce qui n'était certainement pas le cas de tout l'équipage mais le Bismarck était un navire bien construit et son blindage idéalement réparti
Revenir en haut Aller en bas
surcouf
Maître principal
Maître principal
surcouf


Navire préféré : Cuirassés et vaisseaux de ligne..

Le BISMARCK coté allemand - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Le BISMARCK coté allemand   Le BISMARCK coté allemand - Page 7 EmptyLun 25 Oct 2010, 15:39

BROMURE a écrit:
Bien le bonjour

bravo pour ce recit, j'ai appris beaucoup de choses car je ne connaissais pas l'histoire dans le détail

je fais un commentaire sur sa fin

Un navire vraiment bien conçut et admirablement construit, quand on voit le deluge de fer et de feu qui lui tombe dessus dont des 406, le nombre d'obus tiré de tous calibres tiré par les anglais et il est toujour à flot c'est le sabordage qui le fait sombrer, on peut dire bravo à ses concepteurs et à la qualité de sa realisation
:pirat: Merci BROMURE, Churchill a dit du Bismarck: "Une merveille de construction navale".
A+
Revenir en haut Aller en bas
jeanbauduen
Capitaine de Vaisseau
Capitaine de Vaisseau
jeanbauduen


Localisation : bauduen
Navire préféré : bismark uss enterprise cv6 hood

Le BISMARCK coté allemand - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Le BISMARCK coté allemand   Le BISMARCK coté allemand - Page 7 EmptyLun 25 Oct 2010, 18:11

bonjour merci pour ce recits amitiés
Revenir en haut Aller en bas
surcouf
Maître principal
Maître principal
surcouf


Navire préféré : Cuirassés et vaisseaux de ligne..

Le BISMARCK coté allemand - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Le BISMARCK coté allemand   Le BISMARCK coté allemand - Page 7 EmptyMar 26 Oct 2010, 10:47

jeanbauduen a écrit:
bonjour merci pour ce recits amitiés
:pirat: Content jeanbauduen que tu aies aimé!
A+
Revenir en haut Aller en bas
surcouf
Maître principal
Maître principal
surcouf


Navire préféré : Cuirassés et vaisseaux de ligne..

Le BISMARCK coté allemand - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Le BISMARCK coté allemand   Le BISMARCK coté allemand - Page 7 EmptyMar 26 Oct 2010, 11:22

pascal 94 a écrit:
bonjour à tous je pense que c'était des fanatiques, ce qui n'était certainement pas le cas de tout l'équipage mais le Bismarck était un navire bien construit et son blindage idéalement réparti
:pirat: Merci à toi particulièrement Pascal de ton soutien et encouragements pour mon récit Wink
A+
Revenir en haut Aller en bas
AD'HOC
Bagnard Banni




Le BISMARCK coté allemand - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Le BISMARCK coté allemand   Le BISMARCK coté allemand - Page 7 EmptyMar 26 Oct 2010, 11:28

Bien le bonjour cher Corsaire,

Merci pour ce récit fort bien documenté et magistralement mené!
Pour en revenir à l'état d'esprit des marins allemands, j'ai une petite biographie possible de Lütjens, à travers les rapports de la KM suite à la perte du Bismarck. Si tu ne l'as pas, je me permettrai d'en faire état.

A+
Amicalement Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
surcouf
Maître principal
Maître principal
surcouf


Navire préféré : Cuirassés et vaisseaux de ligne..

Le BISMARCK coté allemand - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Le BISMARCK coté allemand   Le BISMARCK coté allemand - Page 7 EmptyMar 26 Oct 2010, 11:54

AD'HOC a écrit:
Bien le bonjour cher Corsaire,

Merci pour ce récit fort bien documenté et magistralement mené!
Pour en revenir à l'état d'esprit des marins allemands, j'ai une petite biographie possible de Lütjens, à travers les rapports de la KM suite à la perte du Bismarck. Si tu ne l'as pas, je me permettrai d'en faire état.

A+
Amicalement Very Happy
:pirat: Merci AD'HOC pour ta remarquable doc de soutien (j'ai beaucoup de photos du Bismarck dans mon livre dont une photo de l'équipage en train de peindre le camouflage.Si vous voulez) tout élément sur le Bismarck est bon à prendre, tu peux y aller. Je prépare la version Anglaise.
A+ Wink
Revenir en haut Aller en bas
almg
Maître
Maître
almg


Localisation : Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône)
Navire préféré : Zerstörer Z-39

Le BISMARCK coté allemand - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Le BISMARCK coté allemand   Le BISMARCK coté allemand - Page 7 EmptyLun 13 Déc 2010, 22:50

Bonsoir à tous !

Ce récit bien illustré est passionnant !

Le BISMARCK coté allemand - Page 7 Bism4110

Toutefois 2 remarques.

La première concerne les torpilleurs d'escadre dont tu parles; ce sont des Zerstoerer.

La seconde aborde le sujet du Grand Amiral Doenitz.
Il remplaça Raeder car celui-ci tomba en disgrâce auprès d'Hitler à cause de son emploi de la flotte de surface.
Doenitz prônait l'utilisation de l'arme sous-marine qui fit, et cela on en parle peu, des dégâts terribles dès la 1ére Guerre Mondiale. Doenitz était sous-marinier de spécialité et connaissait la puissance des U-Boote et les meutes de "Loups Gris" firent des ravages durant la Bataille de l'Atlantique.
En 1944-45 arrivèrent les premiers ElektroBoote mais c'était trop tard...
En mai 1945 Doenitz fut nommé pour succéder à Hitler et il présida le gouvernement provisoire et c'est à ce titre qu'il fut condamné à Nuremberg.

Je ferme cette petite parenthèse et encore toutes mes félicitations pour ce récit rondement mené Exclamation

A+

Alban

_________________
Le BISMARCK coté allemand - Page 7 Almg18

http://www.u-boot-hahd.de


Dernière édition par almg le Mar 14 Déc 2010, 15:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
surcouf
Maître principal
Maître principal
surcouf


Navire préféré : Cuirassés et vaisseaux de ligne..

Le BISMARCK coté allemand - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Le BISMARCK coté allemand   Le BISMARCK coté allemand - Page 7 EmptyLun 13 Déc 2010, 23:33

Rolling Eyes Merci Mike c'est parfait comme ça!
Merci almg pour tes précisions, en fait Doenitz réussit là où Raeder avait échoué, conserver la flotte de surface Allemande qu'Hitler voulait absolument démanteler pour récupérer l'acier et les canons.
Revenir en haut Aller en bas
Christian Le Normand
Lieutenant de Vaisseau
Lieutenant de Vaisseau



Localisation : Hérouville-Calvados-Normandie-France-Europe

Le BISMARCK coté allemand - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Le BISMARCK coté allemand   Le BISMARCK coté allemand - Page 7 EmptyMar 14 Déc 2010, 12:44

surcouf a écrit:
Merci almg pour tes précisions, en fait Doenitz réussit là où Raeder avait échoué, conserver la flotte de surface Allemande qu'Hitler voulait absolument démanteler pour récupérer l'acier et les canons.
Doenitz a dissuadé Hitler car les navires en Norvège (Tirpitz, Scharnhorst, Lützow, Admiral Hipper) les destroyers et, surtout, les U-Boot remplissaient les seuls objectifs qui restaient :
- obliger les Britanniques à maintenir une Home Fleet conséquente à Scapa Flow et à sérieusement escorter les convois,
- attaquer les convois vers l'URSS, l'attaque des convois par des navires de surface en Atlantique ayant été abandonné après la destruction du Bismarck. Ces attaques de surfaces furent surtout des échecs.
Après l'échec allemand de le Bataille de la Mer de Barents, le 31 décembre 1942, Erich reader est remplacé par Karl Dönitz et Hitler veut ferrailler les grands navires de surface pour récupérer des matériaux précieux pour l'économie de guerre allemande ; pour avoir un ordre d'idées, le seul Tirpitz déplace 1000 fois, environ, le poids d'un char Tiger ; quand on connaît l'impact de ce blindé sur la deuxième moitié de la WW II (il y eu moins de 1400 Tiger I et - de 500 Koenigstiger de construits à comparer aux 10 000 PZ IV et dérivés ! ). Dönitz le dissuade et le Scharnhorst est même envoyé en Norvége, début 1942 ; le Prinz Eugen, pas encore réparé depuis l'opération "Cerberus", restant en Baltique.
Dönitz a des arguments :
- immobiliser la Home Fleet (1 à 3 cuirassés et 1 porte-avions, au moins, + les escortes et les sous-marins britanniques à l'affût) avec cette Kriesgmarine comme "fleet in being" pour reprendre l'expression consacrée,
- éventuellement, envoyer des unités attaquer les convois (la Bataille du Cap Nord, le 26/12/1943, sera la dernière tentative avec la perte du Scharnhorst)
- et (mais cela est peu signalé) qu'acheminer ces navires en Allemagne provoquerait très probablement des sorties en masse de la Royal Navy et de la RAF qui pourraient être fatales aux navires allemands,
- que ces navires seraient inutiles en Baltique et, surtout, que l'économie de guerre et les arsenaux n'avaient plus les moyens de démanteler et de transformer ces bateaux mais cet argument décisif aurait plus été le fait d'Albert Speer, ministre de la production de guerre que de Dönitz, Speer qui était très "conscient" des pénuries grandissantes de matières premières, surtout des carburants, était plus à la recherche de main d'oeuvre ( prisonniers de guerre, déportés, "volontaires") ce de façon urgente que de récupérer de la "ferraille" pour laquelle il n'y avait plus de main d'oeuvre dans les arsenaux pour la démanteler.
Revenir en haut Aller en bas
kitou
Second Maître
Second Maître
kitou


Localisation : PORT-VENDRES
Navire préféré : XIX EME

Le BISMARCK coté allemand - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Le BISMARCK coté allemand   Le BISMARCK coté allemand - Page 7 EmptyMar 14 Déc 2010, 13:31

Bonjour HA'HOC un réçit tout ce qu'il y a d'historique etse setresse humaine dans cette guerre qui ne pardonnait aucun humanisme que ce soit des deux cotés on aura beau dire c'est çà la guerre mais pour les survivants des deux bords cela à du laisser des traces indélébile dans leurs vie d'aprés guerre et des cauchemards atroces , c'est sure il n'y aura jamais de guerre propres meme encore aujourd'hui mais le récit que tu viens de nous exposer m'a glacer le sang surtout l'homme sans agippé avec ces dents ça a du etre atroce pour le soldat et pour les marins qui y ont assisté mais l'on changera pas le cour de l'histoire et il y a eu des memes faits de l'autre camp sans vouloir poser de polémique . A+
Revenir en haut Aller en bas
 
Le BISMARCK coté allemand
Revenir en haut 
Page 7 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Royale Modélisme :: RECUEIL DE DOCUMENTATION & PLANS :: Navires et Histoire Navale-
Sauter vers: