La Royale Modélisme
Bonjour et bienvenue sur la Royale !

Connectez-vous ou rejoignez notre communauté en vous inscrivant !

Bon vent !
La Royale Modélisme
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


Forum pour tous les passionnés de modélisme naval
 
PortailAccueilS'enregistrerFAQConnexion
 

 Naufrages/épaves W1 et W2

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9
AuteurMessage
Iceman29
Maître principal
Maître principal
Iceman29

Localisation : Bretagne

Naufrages/épaves W1 et W2 - Page 9 Empty
MessageSujet: Découverte de l’épave du Cuirassé USS Nevada BB-36   Naufrages/épaves W1 et W2 - Page 9 EmptyJeu 14 Mai 2020, 08:54

Merci Bruno.

_________________
Pascal.
« La seule excuse valable quand on crée un objet inutile, c'est de l'admirer intensément. » Oscar Wilde.
Projets en cours:
• Pétrolier T2 Pamancet 1/200: https://www.laroyale-modelisme.net/t25224-topic
• Bismarck 1/200: https://www.laroyale-modelisme.net/t24742-topic
• La Fauvette 1/200: https://www.laroyale-modelisme.net/t24763-topic
• Hornet CV-8 1/200 : https://www.laroyale-modelisme.net/t24846-topic


Dernière édition par Iceman29 le Jeu 14 Mai 2020, 09:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Dagornson
Amiral
Amiral
Dagornson

Localisation : Hautes-Alpes

Naufrages/épaves W1 et W2 - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Naufrages/épaves W1 et W2   Naufrages/épaves W1 et W2 - Page 9 EmptyJeu 14 Mai 2020, 09:09

Attention de ne pas créer des sujets qui existent déjà... clown Clown2
Wink

_________________
Naufrages/épaves W1 et W2 - Page 9 16884313

Revenir en haut Aller en bas
http://www.navires-maquettes.com/
Iceman29
Maître principal
Maître principal
Iceman29

Localisation : Bretagne

Naufrages/épaves W1 et W2 - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Naufrages/épaves W1 et W2   Naufrages/épaves W1 et W2 - Page 9 EmptyMer 09 Sep 2020, 08:13

Le croiseur Karlsruhe avait coulé après avoir participé à une attaque contre la ville de Kristiansand en 1940, lors de l’invasion de la Norvège par l’Allemagne nazie. Quelque 80 ans plus tard, il a été retrouvé par des équipes de Statnett, l’opérateur du réseau électrique public norvégien.

Le Karlsruhe est l'un des trois croiseurs légers de classe Königsberg de la Kriegsmarine. Wikipédia
Longueur : 174 m
Début de la construction : 27 juillet 1926
Date de lancement : 20 août 1927
Maître-bau : 15 m
Chantier : Deutsche Werke
Lieu de construction : Kiel, Allemagne

Naufrages/épaves W1 et W2 - Page 9 Bundesarchiv-Bild-102-12746-Kaiser-Wilhelm-Kanal-Kreuzer-Karlsruhe


Un navire de guerre allemand, coulé par une torpille pendant la Seconde Guerre mondiale, a été retrouvé au large de la Norvège, rapporte CNN.

Naufrages/épaves W1 et W2 - Page 9 Merknad-2020-09-06-095559

Selon le site de la chaîne d’information continue américaine, c’est Statnett, l’opérateur du réseau électrique public norvégien, qui a fait l’étonnante découverte : le croiseur Karlsruhe se trouvait à environ 488 mètres sous le niveau de la mer.

Ce navire de 571 pieds, qui “porte toujours la croix gammée” selon CNN, a mené un assaut contre la ville de Kristiansand, dans le sud de la Norvège, lors de l’invasion du pays en avril 1940. On peut découvrir son épave sur cette vidéo diffusée par Reuters :

Pendant l’opération, il a subi le feu de l’artillerie norvégienne, a été torpillé par un sous-marin britannique et a finalement été coulé par les Allemands eux-mêmes”, précise le site américain.

Lorsque la Seconde Guerre mondiale a éclaté en 1939, la Norvège s’était déclarée neutre. Mais Hitler ordonna son invasion le 9 avril 1940 et les troupes allemandes occupèrent rapidement Oslo, Bergen, Trondheim et Narvik.

Soutenue par les forces alliées, l’armée norvégienne “monta un effort de résistance”, mais les nazis “finirent par prendre le contrôle du pays en juin 1940 jusqu’à sa libération en avril 1945”, rappelle CNN.

“Un énorme navire de guerre”

Des signes du naufrage avaient été détectés pour la première fois il y a trois ans lors de travaux d’inspection, lorsqu’un sonar avait détecté une épave à 15 mètres d’un câble électrique sous-marin entre la Norvège et le Danemark.

Puis, cet été, un ingénieur de Statnett, Ole Petter Hobberstad, a mené des investigations supplémentaires à l’aide d’un robot télécommandé :

Quand les résultats nous ont montré un navire qui avait été torpillé, nous avons compris qu’il datait de la guerre. Et lorsque les canons sont devenus visibles à l’écran, nous avons compris qu’il s’agissait d’un énorme navire de guerre.”

Pour Frode Kvalø, archéologue et chercheur au Musée maritime norvégien cité par CNN, la découverte du Karlsruhe est importante :

On évoquait le sort de ce navire dans les livres d’histoire, mais personne ne savait exactement où il avait coulé. C’est le seul grand navire de guerre allemand qui a été perdu lors de l’attaque de la Norvège dont la position était inconnue.”

https://youtu.be/dtGgyPfpuSo

_________________
Pascal.
« La seule excuse valable quand on crée un objet inutile, c'est de l'admirer intensément. » Oscar Wilde.
Projets en cours:
• Pétrolier T2 Pamancet 1/200: https://www.laroyale-modelisme.net/t25224-topic
• Bismarck 1/200: https://www.laroyale-modelisme.net/t24742-topic
• La Fauvette 1/200: https://www.laroyale-modelisme.net/t24763-topic
• Hornet CV-8 1/200 : https://www.laroyale-modelisme.net/t24846-topic
Revenir en haut Aller en bas
GONFARON
Maître
Maître
GONFARON

Localisation : 47
Navire préféré : Arizona 1/200 Prince of Wales 1/250 SMS Seydlitz

Naufrages/épaves W1 et W2 - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Naufrages/épaves W1 et W2   Naufrages/épaves W1 et W2 - Page 9 EmptyMer 09 Sep 2020, 08:22

merci pour ce partage Iceman,très intéressant. Bonne journée.
Revenir en haut Aller en bas
Iceman29
Maître principal
Maître principal
Iceman29

Localisation : Bretagne

Naufrages/épaves W1 et W2 - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Naufrages/épaves W1 et W2   Naufrages/épaves W1 et W2 - Page 9 EmptyMer 09 Sep 2020, 08:46

De rien. Une petite vidéo avec des photos.

https://www.youtube.com/watch?v=yRgs-pDOQLI

_________________
Pascal.
« La seule excuse valable quand on crée un objet inutile, c'est de l'admirer intensément. » Oscar Wilde.
Projets en cours:
• Pétrolier T2 Pamancet 1/200: https://www.laroyale-modelisme.net/t25224-topic
• Bismarck 1/200: https://www.laroyale-modelisme.net/t24742-topic
• La Fauvette 1/200: https://www.laroyale-modelisme.net/t24763-topic
• Hornet CV-8 1/200 : https://www.laroyale-modelisme.net/t24846-topic
Revenir en haut Aller en bas
Pierre66
Enseigne de vaisseau de première classe
Enseigne de vaisseau de première classe
Pierre66

Localisation : Perpignan
Navire préféré : PA Joffre

Naufrages/épaves W1 et W2 - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Naufrages/épaves W1 et W2   Naufrages/épaves W1 et W2 - Page 9 EmptyMer 09 Sep 2020, 09:35

Merci pour cette video. Wink

_________________
Amicalement,
Pierre
Naufrages/épaves W1 et W2 - Page 9 Richel10
Revenir en haut Aller en bas
Yuth
Crabe Tambour
Crabe Tambour
Yuth

Localisation : Paris ou Arcachon
Navire préféré : Marine Nationale

Naufrages/épaves W1 et W2 - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Naufrages/épaves W1 et W2   Naufrages/épaves W1 et W2 - Page 9 EmptySam 12 Sep 2020, 06:52

Un article en lien avec le Karlsruhe Wink
http://www.opex360.com/2020/09/11/lepave-dun-croiseur-allemand-coule-lors-de-la-seconde-guerre-mondiale-a-ete-decouverte-au-large-de-la-norvege/

_________________
« La réalité du champ de bataille est que l'on n'y étudie pas : simplement on fait ce que l'on peut pour appliquer ce que l'on sait. »
Ferdinand FOCH

Naufrages/épaves W1 et W2 - Page 9 Sig10Naufrages/épaves W1 et W2 - Page 9 410Naufrages/épaves W1 et W2 - Page 9 210Naufrages/épaves W1 et W2 - Page 9 110
Revenir en haut Aller en bas
https://www.laroyale-modelisme.net
Iceman29
Maître principal
Maître principal
Iceman29

Localisation : Bretagne

Naufrages/épaves W1 et W2 - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Naufrages/épaves W1 et W2   Naufrages/épaves W1 et W2 - Page 9 EmptyMer 30 Sep 2020, 09:07

L’épave du sous-marin français « Ariane », coulé en juin 1917, a été trouvée au large de la Tunisie.

Naufrages/épaves W1 et W2 - Page 9 ARIANE_MN_1w

Le club de plongée Ras Adar, situé à El-Haouaria, a localisé et identifié un sous-marin français coulé en 1917 au large des côtes tunisiennes.

A travers cette découverte, publiée sur la page Facebook du club, nous apprenons qu’il s’agit du sous-marin français «l’Ariane», un bâtiment de guerre découvert le 21 septembre 2020 par 50 m de fond au large de Ras Adar.

Il s’agit d’un sous-marin « garde-côtes et de blocus » à double coque faisant partie d’une série de 8 unités type «Clorinde amélioré » commandées au budget de 1910 et ordonnées en août 1912.

Contacté par Réalités, Selim Baccar, directeur du centre de plongée Ras Adar a souligné : «Il s’agit de la 3ème épave de sous-marin localisée au large des cotes tunisiennes après le Morse et le Narval. Nous avons contacté le ministère de la défense tunisienne et des responsables français pour leur faire part de notre récente découverte », avant d’ajouter : « On débutera l’exploitation de ce site probablement qu’à partir de la saison prochaine. Toute cela reste sous réserve de l’autorisation qui nous sera accordée pour exploiter ce site, vu que cette épave date de plus de 100 ans et peut donc être classée comme patrimoine historique ».

Issue de l’escadrille de Bizerte, l’Ariane était commandée par le lieutenant de vaisseau Viort, alors en essais en surface à deux milles au nord du cap Bon. Le sous-marin a été coulé le 19 juin 1917 par le torpillage (2 torpilles) du sous-marin allemand UC-27. Le naufrage fit 21 morts et 8 survivants, ces derniers ont été recueillis par le torpilleur Bourrasque.

https://www.realites.com.tn/2020/09/exclusif-decouvre-en-tunisie-de-lepave-dun-sous-marin-francais-disparu/

1 citation à l’Ordre de l’Armée.
Le sous-marin ARIANE, commandé par le Lieutenant de Vaisseau VIORT, appartenait à la 2ème escadrille de sous-marins de l’Armée navale.

Texte de la citation à l’Ordre de l’Armée.
(Journal officiel du 14 août 1917)

« Le sous-marin ARIANE : bâtiment très bien entraîné, coulé dans une opération de guerre par un sous-marin ennemi ».

L’ennemi ayant manifesté une grande activité sous-marine dans l’Est tunisien, le préfet maritime de Bizerte décide de mettre en œuvre tous ses moyens d’action pour réagir énergiquement. Le sous-marin ARIANE, en période d’entraînement dans le golfe de Tunis, accepte de prendre part aux opérations.

Escorté par le torpilleur BOURRASQUE, il appareille de Tunis dans la nuit du 18 au 19 juin 1917 pour gagner le secteur de surveillance qui lui était attribué à l’Est du cap Bon. Les deux bâtiments en ligne de file, la BOURRASQUE en tête.

Extrait du rapport du Capitaine de Frégate Le GOUZ de SAINT SEINE, commandant la BOURRASQUE.

ARIANE Sous-marin garde-côtes et de blocus type Clorinde modifié (1916 – 1917)

Chantier :

Cherbourg.
Commencé : 08.01.1912
Mis à flot : 05.09.1914
Terminé : 1916
En service : 20.04.1916
Retiré : 19.06.1917
Caractéristiques : 414 t ; 609 t.pl ; 675 cv ; 53,95 x 5,41 m ; 800 cv ; 2 moteurs électriques 350 cv ; 2 diesel 650 cv ; 30 h.
Armement : II TLT carcasse + II TLT Drzewiecki de 450 + VIII torp. + I de 47.

Observations :

Q 100
30.05.1913 : baptisé Ariane
06.09.1914 : armé pour essais
08.12.1915 : essais à puissance maximum
20.04.1916 : clôture d’armement, affecté à la 2ème escadrille de sous-marins de Bizerte
1916 : Toulon, croisière en Adriatique, puis rallie Bizerte suite à une avarie de Diesel
23.10.1916 : début de carénage à Bizerte
17.01.1917 : escadrille de chasse de Bizerte
19-20.06.1917 : coulé par 2 torpilles du sous-marin allemand UC 22 (KL Heino von Heimburg) devant Bizerte au nord du cap Bon (LV Viort). 21 victimes, 8 rescapés recueillis par le torpilleur Bourrasque.

Sources :

Dictionnaire des bâtiments de la flotte de guerre française de Colbert à nos jours, Tome II, 1870-2006, LV Jean-Michel Roche, Imp. Rezotel-Maury Millau, 2005

http://www.netmarine.net/dico/index.htm

Les Flottes de Combat en 1917, Commandant de Balincourt, Augustin Challamel, 1917
Les marques particulières des navires de guerre français 1900-1950, Jean Guiglini, SHM, 2002
Répertoire des navires de guerre français, Jacques Vichot, Pierre Boucheix, refondu par Hubert Michéa, AAMM, 2003
French Warships of World War I, Jean Labayle-Couhat, Ian Allan Ltd, 1974
Jane’s Fighting Ships 1914, Fred T. Jane, David & Charles Reprints, 1968
Jane’s Fighting Ships 1919, Fred T. Jane, David & Charles Reprints, 1969

La stèle du commandant VIORT, dans le mausolée familial de La Rochelle.

Naufrages/épaves W1 et W2 - Page 9 Viort1


Bien plus ici:

https://forum.pages14-18.com/viewtopic.php?t=43430


_________________
Pascal.
« La seule excuse valable quand on crée un objet inutile, c'est de l'admirer intensément. » Oscar Wilde.
Projets en cours:
• Pétrolier T2 Pamancet 1/200: https://www.laroyale-modelisme.net/t25224-topic
• Bismarck 1/200: https://www.laroyale-modelisme.net/t24742-topic
• La Fauvette 1/200: https://www.laroyale-modelisme.net/t24763-topic
• Hornet CV-8 1/200 : https://www.laroyale-modelisme.net/t24846-topic
Revenir en haut Aller en bas
Iceman29
Maître principal
Maître principal
Iceman29

Localisation : Bretagne

Naufrages/épaves W1 et W2 - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Naufrages/épaves W1 et W2   Naufrages/épaves W1 et W2 - Page 9 EmptyJeu 15 Oct 2020, 08:03

(Varsovie) Une énorme bombe de la Seconde guerre mondiale a explosé mardi au cours d’une opération particulièrement délicate pour la désamorcer au fond d’un chenal de navigation dans le nord-ouest de la Pologne, sans faire de blessé, selon les autorités polonaises.

Publié le 14 octobre 2020

AGENCE FRANCE-PRESSE

Les démineurs-plongeurs polonais avaient pour mission de neutraliser cet engin de plus cinq tonnes situé près de la ville de Swinoujscie, décrit comme l’une des plus grosses bombes de la Seconde guerre mondiale, capable de provoquer un mini-tremblement de terre.
Surnommée « Tallboy », cette bombe britannique était conçue pour exploser sous terre à côté d’une cible, générant des ondes de choc destructrices : l’opération, inédite, pour la désamorcer s’annonçait particulièrement difficile.

Elle s’est terminée sans dégâts même si, en dépit des projets initiaux, la bombe a fini par exploser.

Pour des raisons de sécurité, les démineurs avaient ainsi exclu dès le départ la méthode traditionnelle de la détonation, plus fréquente mais aussi plus violente.

Une méthode d’autant plus redoutable dans le cas d’une bombe de plus de six mètres de long chargée de 2,4 tonnes d’explosif-équivalant à 3,6 tonnes de TNT-, reposant à 12 mètres sous l’eau à proximité d’habitations et d’infrastructures importantes.

Les démineurs avaient, plutôt, misé sur le procédé de la déflagration, consistant en une combustion de la charge à une température au-dessous du seuil de la détonation.

Finalement « le processus de la déflagration s’est transformé en détonation », a indiqué dans un communiqué le porte-parole de la 8e flottille de défense côtière polonaise, Grzegorz Lewandowski.
Mais cette détonation était « sans risque pour les personnes engagées directement dans l’opération », a-t-il assuré et cette bombe, larguée par un avion britannique en avril 1945, « peut être considéré comme neutralisée ».

Un porte-parole de la mairie de Swinoujscie a indiqué à l’AFP n’avoir mention d’« aucun dommage » sur la santé des gens, sur les immeubles et les infrastructures de la ville.

Quelque 750 riverains de la zone de sécurité de 2,5 km avaient tout de même été enjoints de quitter leurs domiciles. La circulation et le trafic maritime avaient été arrêtés dans cette ville portuaire 40 000 habitants, à la frontière allemande, éparpillée sur 44 îles.

Swinoujscie (Swinemünde en allemand) fut pendant les deux guerres mondiales l’une des plus importantes bases de la marine de guerre allemande sur la Baltique.

Le 16 avril 1945, la Royal Air Force avait lancé 18 bombardiers Lancaster de la 617e division stationnée à Woodhall Spa, à 225 km de Londres, vers Swinoujscie où se trouvait le croiseur allemand Lützow.
Au total, douze Tallboys avaient été lâchées sur le Lützow, dont celle qui n’a pas explosé.

https://youtu.be/ud9tZ3nu3xQ


http://reich.canalblog.com/archives/2017/11/28/35909240.html

Opération Weserübung : le Lützow et l'invasion de la Norvège.

Au moment de l’invasion du Danemark et de la Norvège, le Lützow doit être engagé dans l'atlantique. Les Allemands espèrent que ses opérations militaires dans les deux pays détournent les flottes anglaises et françaises vers ces derniers, laissant le champ libre au Lützow pour effectuer une nouvelle campagne. Mais les moyens d’accompagnement au navire manquent et la Home Fleet rôde en permanence à quelques centaines de miles de la Norvège. Le Lützow est finalement affecté au groupe N° 5 chargé de la prise d'Oslo. Ce dernier se compose dorénavant des croiseurs lourds Lützow et Blücher, du croiseur léger Emden, de trois torpilleurs et de la 1ère flottille de dragueurs de mines.

Le groupe 5 appareille le 7 avril à partir de 5h pour gagner Kiel. Le Kattegat est franchi le 8 vers midi et les navires sont en position le soir même. Au cours du voyage, le sous marin britannique Trident lance dix torpilles sur le Lützow mais sans aucun résultat, le navire n’est pas touché.

Le lendemain matin l’armada s’enfonce dans le fjord, le Blücher ouvre la marche. Arrivé au niveau de la forteresse d’Oscarborg (détroit de Dröbak), son commandant, le colonel Eriksen, a été prévenu de l’approche d’une force navale étrangère. Il n’a pas reçu d’ordre précis, mais ses consignes permanentes sont d’ouvrir le feu sur tout navire cherchant à forcer le passage. En bon soldat, il va les appliquer à la lettre. A moins de 1500 mètres les obus de 280 mm et de 150 mm pleuvent sur le navire, déclenchant des incendies. Il parvient à poursuivre sa route, mais lorsqu’il passe devant la batterie lance-torpille de Kaholm, dont les Allemands ignorent l’existence, celle-ci lui expédie deux torpilles qui ouvrent d’énormes brèches sous la ligne de flottaison. Le navire est perdu et, malgré les efforts de son équipage, il coule à 6 heures 22, entraînant avec lui plus de 1000 marins et soldats de l'armée de terre embarqués sur le croiseur. Le Lützow encaisse trois coups de 150 mm qui avarient surtout le canon de milieu de la tourelle A. Son commandant fait marche arrière à toute vitesse et décide de débarquer les troupes d’assaut qu’il a à bord, au sud de Dröbak pour prendre la forteresse par la terre. Ce n'est que le 10 avril que les navires peuvent s'amarrer à Oslo. Le 11 avril le Lützow reprend la mer en direction de Kiel pour réparations. Il va avoir moins de chance que trois jours plus tôt puisque le sous-marin britannique Spearfish le torpille, provoquant des dégâts sérieux puisque ses deux hélices et son gouvernail sont arrachés et la coque arrière fortement endommagée .Le Lützow regagne Kiel à la remorque.

Naufrages/épaves W1 et W2 - Page 9 Bundesarchiv-Bild-101-II-MN-1038-06-Kiel-Schwerer-Kreuzer-L-tzow

Avril 1940 à décembre 1941, neuf mois d'immobilisation.

A son arrivée à Kiel, le constat des dégâts est impressionnant.  Ces derniers nécessitent près d’une année de réparations et de modernisations. Comble de malchance, le 9 juillet 1940, lors d’un raid britannique sur le port de Kiel de huit bombardiers  Whitley du squadron 10,  une bombe touche le navire  à tribord. Elle traverse deux ponts mais sans exploser. Le Lützow n’est remis en service que le 31 mars 1941. Le 12 juin il quitte Kiel sous forte escorte (trois destroyers/contre-torpilleurs et deux torpilleurs) pour gagner la Norvège mais cet appareillage n'échappa pas aux britanniques. Le 13 juin, un Bristol Beaufort du squadron 42 du Coastal Command, le torpille en mer du Nord. Le projectile touche le navire en plein milieu inondant les compartiments machines. Le navire doit remettre le cap sur Kiel par ses propres moyens après une réparation provisoire Une nouvelle indisponibilité de six mois commence.

1942, l’année terrible, bataille de la mer de Barents.

Réparé en janvier 1942, il regagne Gotenhafen en mer baltique et puis Swinemünde pour des essais et des exercices. Il rejoint la Norvège le 17 mai pour tenter d'attaquer les convois alliés à destination de l'Union Soviétique. Lors d'une sortie le 3 juillet 1942 en compagnie de l’Admiral Scheer et cinq destroyers/contre-torpilleurs (Z28, Z24, Z27, Z29, Z30) pour intercepter le convoi PQ17, le croiseur va s’échouer sur un haut-fond. Dégagé et réparé à Kiel, il regagne la Norvège pour se préparer à une nouvelle campagne de 4 à 6 semaines en mer de Norvège. Le 22 décembre 1942, le convoi JW51B appareille du Loch Ewe à destination de la péninsule de Kola en URSS. Ses 15 cargos lourdement chargés sont accompagnés d’une impressionnante escorte de six destroyers, de trois corvettes, d’un dragueur de mines et de trois chalutiers armés. En plus de l’escorte, une couverture à distance est assurée par les croiseurs légers Sheffield et Jamaica et deux destroyers (Force R).  Sans connaissance de ce déploiement, les allemands disposent des croiseurs lourds Hipper et Lützow, accompagnés de six destroyers pour faire la chasse à ce convoi. Les combats sont assez confus en raison de la météo particulièrement mauvaise et des ordres imprécis, provoquent des pertes de part et d’autre. Toutefois, l’ordre donné à l'admiral Kummetz, commandant l’ensemble des forces allemandes, de ne pas engager les croiseurs lourds avec des forces ennemis équivalentes va perturber, voir entraver, les attaques sur le convoi. Ce dernier arrive sans aucune perte en URSS. Les navires allemands endommagés comme l’Admiral Hipper regagnent la Norvège. Cet échec provoque la colère d'Hitler et la chute du Grand Admiral Raeder, partisan de la flotte de surface, qui est poussé à démissionner le 30 janvier 1943 et remplacé par Dönitz, son rival, convaincu lui de la suprématie de la flotte sous-marine. Les grands bâtiments de surface, jugés inefficaces doivent être désarmés et l’artillerie installée sur des positions du mur.

1943: le Lützow dans la Baltique, une année perdue.

Le 8 février, le Grand Amiral Dönitz présente le plan de désarmement exigé par Hitler. Il effectue une distinction entre les unités à désarmer immédiatement (le Gneisenau en réparation et le Graf Zeppelin encore en construction mais presque achevé), celles nécessitant une remise en état longue (croiseur lourd Admiral Hipper, croiseurs légers Köln et Leipzig) et celles considérés comme encore utiles en Norvège (cuirassé Tirpitz et croiseur de bataille Scharnhorst) et dont le désarmement va être différé jusqu'à l'automne dans un premier temps. Un groupe d'entrainement (Ausbildungverband der Flotte) est également mis sur pied avec les croiseurs lourds Prinz Eugen, Admiral Scheer, Lützow et les croiseurs légers Nürnberg et Emden. En dépit de son aversion pour les grands bâtiments, Hitler accepte de revenir sur sa décision de désarmement et le 23 mars 1943, un puissant groupe de combat est rassemblé dans l'Altafjord, groupe de combat composé du Tirpitz, du Scharnhorst, du Lützow et de huit destroyers. En raison de problèmes mécaniques, le Lützow n’est finalement pas engagé dans les raids de ce groupe et il quitte son mouillage de Kaafjord le 23 septembre 1943 pour regagner Kiel fin septembre sous les menaces des sous-marins et vedettes rapides britanniques, échappant de peu à deux attaques de la RAF. Le 1er octobre 1943, le croiseur gagne Gotenhafen et malgré les sévères bombardements du 9 octobre 1943 où 272 tonnes de bombes sont larguées uniquement sur le port, le croiseur en ressort intact. Il quitte alors Gotenhafen pour le port letton de Libau, plus à l´est, réduisant ainsi les risques de bombardements, pour une refonte qui va durée près de six mois.

1944-1945 : les derniers combats d’une campagne oubliée.

Les travaux de refonte s’achèvent le 15 mars 1944. Le Lützow est utilisé alors comme navire-école pour les élèves-officiers de la Kriegsmarine. En juin 1944, les croiseurs lourds Prinz Eugen, Lützow, Admiral Scheer et les contre-torpilleurs de la 6ème Zerstörer Flottille sont regroupés pour former un groupe de combat qui prend bientôt le nom de son amiral commandant : le groupe Thiele. A partir du 23 juin le Lützow et le Prinz Eugen font une première apparition dans les eaux finnoises en transportant munitions et des pièces de flak au secours des troupes terrestres. Trop exposé aux raids aériens à la base navale Aspö en Finlande le Lützow rentre à Gotenhafen le 8 juillet 1944. C’est là qu’a lieu la dernière revue navale à l´occasion du changement du « chef de la flotte » de la Kriegsmarine. Les croiseurs lourds Admiral Hipper, Prinz Eugen, Lützow et Admiral Scheer ainsi que les croiseurs légers Köln, Leipzig, Nürnberg et Emden participent à l’évènement. Les semaines suivantes le Lützow continue à « faire la navette » dans les eaux orientales de la mer baltique tout étant de plus en plus mis en danger par les avions russes. Le 8 aout 1944, aux chantiers navals de Gotenhafen on remplace alors les pièces de flak existantes de 3,7cm et de 2cm simple par 8 pièces de 4cm Bofors et six pièces de Flak 2cm double. Le 24 septembre, il participe avec le Prinz Eugen, deux contre-torpilleurs et deux torpilleurs à la couverture du convoi chargé d'évacuer les 2000, les informations manquent sur l’effectif précis, soldats de l'armée de Laponie.

Les derniers mois de 1944 la Kriegsmarine va voir ses unités de surface se concentrer en Mer Baltique pour soutenir l´armée de terre à tenter de stopper ou au moins de retarder l'avance russe. Tous les navires disponibles sont ainsi utilisés pour des évacuations de civils, des transports de troupes et des missions d'appui feu sur buts terrestres. A partir du mois d´octobre, le groupe Thiele avec le Prinz Eugen, le Lützow, trois contre-torpilleurs et quatre torpilleurs intervient, sur demande de l´armée de terre, pour soutenir les troupes allemandes. Les grosses pièces de marine bombardent les soviétiques jusqu’à 20 km à l'intérieur des terres et permettent à la Wehrmacht de réaliser un front défensif autour de Memel. Cette action arrête pour un moment l´avance russe.

Les bombardements terrestres intensifs apportent deux problèmes : une consommation de munitions non prévue et jamais vue auparavant, en second lieu une usure rapide des tubes des canons. Le ravitaillement, les réparations dues aux attaques aériennes, l´usure du matériel et le transport des troupes font que les navires prennent sans cesse le relais entre port, chantiers navals et secteurs d´opérations. Rarement tout le groupe est au complet. Plusieurs fois, l’Amiral Thiele doit transférer son pavillon entre le Prinz Eugen, le Lützow et l’Admiral Scheer.

Après Memel le groupe se voit en urgence diriger vers l´ile Ösel (Saaremaa / Estonie) et sa presqu´ile Sworbe où à partir de début novembre le Lützow et deux contre-torpilleurs vont au secours aux troupes allemandes en retraite et arrivent à stabiliser le front. Le Lützow rentre à Gotenhafen pour faire le plein de munitions de tous calibres et faire mesurer l´usure des tubes de l´artillerie lourde par des spécialistes de Kruppafin de recalculer les données de tir. Deux cents survivants du cuirassé Tirpitz, coulé le 12 novembre par la RAF dans un fjord en Norvège sont à bord du Lützow Une nouvelle attaque en force des soviétiques, le 18 novembre, force le groupe à retourner prématurément à Sworbe, d´abord avec le Prinz Eugen et cela jusqu`à l´épuisement de ses munitions de 20,3cm, ensuite l’Admiral Scheer prend le relais, suivi par le Lützow. L’ensemble des navires est attaqué presque sans arrêt par l´aviation soviétique. Dans la nuit du 22 au 23 novembre, la Kriegsmarine réalise l'évacuation des troupes restantes engagées dans la presqu'ile. De retour à Gotenhafen, un des huit moteurs diesel doit être démonté et réparé. C´est seulement le 12 décembre que le Lützow peut appareiller. Par miracle dans la nuit du 18 décembre il survit sans dommage à une attaque aérienne des bombardiers de la RAF qui larguent 824 tonnes de bombes sur le port de Gotenhafen, coulant des cargos, des pétroliers et le pré-dreadnought Schleswig-Holstein. Par précaution le croiseur est transféré à Pillau en Prusse-Orientale. On arrive à trouver dans un dépôt près de Danzig des obus de 28cm oubliés.

Le 15 janvier l´Armée Rouge commence l´attaque sur la Prusse Orientale. Aussitôt le Lützow reprend la mer. Le 7 mars 1945, le Prinz Eugen, le prédreadnought Schlesien et le croiseur léger Leipzig (groupe Rogge) accompagnés par les Z31 et Z34 opèrent au profit des troupes allemandes de Gotenhafen avant d'être rejoints par le Lützow. Ce dernier est transféré le 8 février 1945 dans la région d’Elbing et Frauenburg en Prusse-Orientale pour assurer des missions d'appui et d'évacuation de la population en fuite. Pour la première fois les marins du croiseur sont obligés à tirer sur leur propre territoire (un des chefs de « tourelle Bruno » reçoit l’ordre de détruire son village de Tolkemit).

Parallèlement, la Poméranie, avec Stettin et Swinemünde plus à l´ouest, est fortement menacée. Le 7 mars 1945, le Lützow gagne Swinemünde. Il est amarré au bord d´un canal à l´intérieur du pays au lieu-dit Lognitzer Ort pour participer à la protection de la région de Stettin / Usedom / Wollin. La ville de Swinemünde est attaquée le 12 mars par 400 bombardiers. Elle est partiellement détruite ainsi que de nombreux de bateaux dans le port. Le Lützow, non repéré en sort indemne. Le front autour de Stettin se stabilise, par contre la Prusse Orientale avec Danzig risque d´être perdue. Le 22 mars 1945, portant la marque de l'amiral Thiele et escorté par le Z31 et Z34, le Lützow regagna la région de Dantzig pour relever l'Admiral Scheer dont les canons sont entièrement usés et qui doit rentrer aux chantiers navals à Kiel. Là il est coulé par la RAF le 7 avril.  L´action du Lützow ne retarde la prise de la ville par les soviétiques que deux jours. Jusqu´au 28 mars, couvert par les torpilleurs T23 et T28 et ses contre-torpilleurs ils bombardent les positions soviétiques autour de Gotenhafen au nord de Dantzig malgré les attaques, sans succès, des avions ennemis. Gotenhafen doit être abandonné le 28 mars, l´épave du Gneisenau est mise en barrage devant l´entrée du port. 8000 soldats et 30000 civils arrivent à être évacués sur la presqu’île de Hela. Le 4 avril le Lützow n´a plus de munitions, ce qui indique des engagements intenses et prolongés de ces dernières semaines. Les toutes dernières réserves de 28cm se trouvent sur le cargo auxiliaire (Trossschiff) le Franken qui attend en mer près de Hela. Dans la nuit, en plein brouillard, on arrive discrètement à transférer les munitions. Le cargo coule le 8 avril sous les bombes soviétiques. Le soir même, le Prinz Eugen et le Lützow sont sécurisés par trois contre-torpilleurs et un torpilleur et reçoivent l´ordre à se rendre à Swinemünd.

Naufrages/épaves W1 et W2 - Page 9 118445055

La fin

Le Lützow regagne le même endroit au Lognitzer Ort qu´un mois auparavant. Le soir de son arrivée il est repéré par un avion de reconnaissance britannique. Les autres jours, les survols continuent sans arrêt. Le 13 avril, il subit une première attaque aérienne, mais un plafond trop bas réduit l'efficacité du bombardement. Le 15 avril, une autre attaque doit être abandonnée bien avant l´arrivée sur zone en raison à nouveau du mauvais temps. Mais tout change le lendemain. Dans un ciel clair, 18 Lancasters du squadron 617, l'unité des « briseurs de barrage », dont 14 chargés de Tallboy et escortés par des P51 Mustang des squadrons 442 et 611 attaquent le  Lützow à l'aube. La proche déflagration dans l'eau d’une tallboy de 5,4 tonnes cause une brèche longue de dix mètres et haute d’un mètre. Le Lützow prend une gite de 56° sur tribord vers la berge et se pose dans la boue du canal.  Une bombe de 250 kg touche et arrache le donjon de la tour avant avec le télépointeur, une autre traverse les compartiments à proximité de la soute à munitions arrière de 28 cm (tourelle Bruno) mais elles n'explosent pas. Un seul Lancaster est abattu, 7 aviateurs et 12 marins sont tués. Le navire est alors équilibré à l´aide d´un bateau-pompe pour pouvoir former une base     d´artillerie stable. On arrive à fermer provisoirement les voies d´eau et à vider le compartiment des groupes électrogènes no. 4 puis à les réparer pour avoir le courant nécessaire afin de continuer le combat. Toutes les pièces de DCA (Flak) sont démontées et installées sur les contre-torpilleurs Z33 et Z34 pour renforcer leur défense. Le Lützow n’a plus de protection aérienne propre. La tourelle Anton de l'artillerie principale est remise en service et le navire sert alors de batterie lourde jusqu'au 3 mai, tirant jusqu´à 42 km sur les unités de l'Armée Rouge qui encerclent Swinemünde, notamment le 28 avril. Un minimum de marins nécessaire au fonctionnement de l´artillerie reste au bord. A court de munitions, les allemands décident de saborder le navire en commencant par faire sauter les tourelles de 28cm et de 15cm. A l´intérieur de la coque sont déposés des charges à minuteries et à l´extérieur des mines tout au long de la coque. Un feu de mazout flottant sur l´eau, s’infiltre dans les brèches du navire en raison de l’arrêt des pompes, surchauffées. Le feu se répand très vite empèchant la mise d´amorces/fusées sur les mines. Les charges à l´exception des mines, explosent sans contrôle suivant l´avance du feu. Le sabordage reste donc incomplet.

Du lancement le 19 mai 1931 jusqu´au sabordage, le 3 mai 1945, uniquement 68 marins du Deutschland – Lützow ont trouvé la mort.  Le bilan du volume de navires coulés  au cours de ses campagnes tout au long de la guerre reste dérisoire: 7000 tonnes.Le Graf Spee en a coulé 50 000 tonnes et le Scheer 137 223 tonnes.

Lützow_1945Le Lützow après l'attaque du 16 avril 1945. Sur la berge un impart de bombe tallboy. Amaré au navire  un bateau pompe qui va le  stabiliser définitivement.

Naufrages/épaves W1 et W2 - Page 9 118445120

1945-1947, épilogue

Après la capitulation, les Russes parviennent à renflouer le Lützow. Il est alors remorqué à Kaliningrad, l’ancien  Königsberg pour expertise. Peut-être pour une remise en état. Mais les travaux sont trop importants. Ils décident alors  d´utiliser l'épave pour des tests de résistance aux bombes de gros calibres et de le  couler dans la mer baltique. L´épave est remorquée pendant deux jours de Swinemünde à un endroit au large de Rostock. Des bombes de 250 et de 500kg sont disposées sur le navire et le 22 août 1947 mises à feu, provoquant le naufrage du cuirassé. L'épave reposant aujourd'hui à 113m de profondeur.

Sources principales :

1 : Hans Georg Prager,  Panzerschiff Deutschland – Schwerer Kreuzer Lützow

Koehler, Ausgabe 2001

2. Gerhard Koop / Klaus-Peter Schmolke.  Die Panzerschiffe der Deutschland-Klasse

bernardGraefe Verlag, 1993
Site netmarine.net

Forum Axishistory.com

_________________
Pascal.
« La seule excuse valable quand on crée un objet inutile, c'est de l'admirer intensément. » Oscar Wilde.
Projets en cours:
• Pétrolier T2 Pamancet 1/200: https://www.laroyale-modelisme.net/t25224-topic
• Bismarck 1/200: https://www.laroyale-modelisme.net/t24742-topic
• La Fauvette 1/200: https://www.laroyale-modelisme.net/t24763-topic
• Hornet CV-8 1/200 : https://www.laroyale-modelisme.net/t24846-topic
Revenir en haut Aller en bas
GONFARON
Maître
Maître
GONFARON

Localisation : 47
Navire préféré : Arizona 1/200 Prince of Wales 1/250 SMS Seydlitz

Naufrages/épaves W1 et W2 - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Naufrages/épaves W1 et W2   Naufrages/épaves W1 et W2 - Page 9 EmptyVen 16 Oct 2020, 09:52

Merci Iceman29 pour cette page d'histoire fort intéressante.
Revenir en haut Aller en bas
Iceman29
Maître principal
Maître principal
Iceman29

Localisation : Bretagne

Naufrages/épaves W1 et W2 - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Naufrages/épaves W1 et W2   Naufrages/épaves W1 et W2 - Page 9 EmptyVen 16 Oct 2020, 11:43

Un regard sur les navires et les avions d'époque alors que le général William "Billy" Mitchell anime cette démonstration de bombardement aérien de cuirassés obsolètes de l'époque de la Première Guerre mondiale.  

Des essais comme celui-ci ont ouvert la voie à des progrès majeurs dans la guerre aérienne et navale.  Des bombes hautement explosives, fumigènes, à gaz et chimiques sont utilisées, ainsi qu'une démonstration d'un rideau de fumée largué d'un avion.  

Intitulé original : "Bombardement aérien de cuirassés obsolètes".

Le film s'ouvre sur un plan du général Mitchell et des dignitaires à bord du "mouilleur" de mines américain, le "général J.M. Schofield".  D'autres navires sont montrés (mais pas de cibles) :

Le yacht du secrétaire Denby, le "Sylph"

USS Henderson
USS Pennsylvanie, navire amiral de la flotte
L'USS Olympia, le navire amiral de l'amiral Dewey à la bataille de la baie de Manille
(L'Olympia, lancé en 1892, est le plus vieux navire de guerre en acier à flot du monde et peut être vu au musée de l'Independence Seaport à Penn's Landing sur le fleuve Delaware à Philadelphie, PA.  Vous pouvez également le voir ici : http://www.phillyseaport.org/olympia

Les cuirassés obsolètes bombardés sont/étaient :

Alabama
Ostfriesland - Un cuirassé allemand de la Première Guerre mondiale qui s'est rendu
New Jersey
Virginie

Pour plus d'informations sur le général Mitchell et ces tests, il y a un article intéressant sur Wikipédia qui peut être trouvé ici :

https://en.wikipedia.org/wiki/Billy_Mitchell

https://historyflicks4u.tumblr.com/

https://www.youtube.com/watch?v=mkbQ-qYzrY0

_________________
Pascal.
« La seule excuse valable quand on crée un objet inutile, c'est de l'admirer intensément. » Oscar Wilde.
Projets en cours:
• Pétrolier T2 Pamancet 1/200: https://www.laroyale-modelisme.net/t25224-topic
• Bismarck 1/200: https://www.laroyale-modelisme.net/t24742-topic
• La Fauvette 1/200: https://www.laroyale-modelisme.net/t24763-topic
• Hornet CV-8 1/200 : https://www.laroyale-modelisme.net/t24846-topic
Revenir en haut Aller en bas
bgire
Enseigne de vaisseau de deuxième classe
Enseigne de vaisseau de deuxième classe
bgire

Localisation : La Rochelle (région A.POI.L)
Navire préféré : Celui-là

Naufrages/épaves W1 et W2 - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Naufrages/épaves W1 et W2   Naufrages/épaves W1 et W2 - Page 9 EmptyVen 16 Oct 2020, 14:49

Merci Pascal,
Pour compléter ton sujet voici un plan issu du NARA (les archives nationales US) qui décrit les dommages subis par l'Ostfriedland suite aux raids de Billy Mitchell :

Naufrages/épaves W1 et W2 - Page 9 Ilz3Kb-RG-19-Ostfriesland

_Bruno

_________________
C'est curieux chez les marins, ce besoin de faire des phrases.
Espérons que le fond de la mer est étanche.
Une journée au cours de laquelle on n'a pas ri est une journée perdue.
Si on bricolait plus souvent on aurait moins la tête aux bêtises.
Revenir en haut Aller en bas
BROMURE
contre-amiral
contre-amiral
BROMURE

Localisation : FLERS EN ESCREBIEUX 59128
Navire préféré : Automoteur Freycinet des Forges de Strasbourg

Naufrages/épaves W1 et W2 - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Naufrages/épaves W1 et W2   Naufrages/épaves W1 et W2 - Page 9 EmptyVen 16 Oct 2020, 17:00

Bien le bonjour

intéressant et impressionnant

la vidéo de bombardement laisse bien présager du rôle futur de l'aéronaval

merci pour vos recherches

_________________
/>
LE BON DIAMETTRE POUR LE PASSAGE DE LA GODILLE ( ENGOUJURE ) 
DANS LE TABLEAU ARRIERE  C'EST LE DIAMETTRE D'UNE BOUTEILLE DE VIN 
( 75 mm )
Revenir en haut Aller en bas
 
Naufrages/épaves W1 et W2
Revenir en haut 
Page 9 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Royale Modélisme :: RECUEIL DE DOCUMENTATION & PLANS :: Navires et Histoire Navale-
Sauter vers: