La Royale Modélisme
Bonjour et bienvenue sur la Royale !

Connectez-vous ou rejoignez notre communauté en vous inscrivant !

Bon vent !
La Royale Modélisme
Bonjour et bienvenue sur la Royale !

Connectez-vous ou rejoignez notre communauté en vous inscrivant !

Bon vent !
La Royale Modélisme
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


Forum pour tous les passionnés de modélisme naval
 
PortailAccueilS'enregistrerFAQConnexionHistoires de U-boots echoues Sans_t13
 

 Histoires de U-boots echoues

Aller en bas 
+3
jeanbauduen
kagou
naga13
7 participants
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
naga13
Maître
Maître
naga13


Localisation : Bangkok(Thailande)
Navire préféré : Oyodo

Histoires de U-boots echoues Empty
MessageSujet: Histoires de U-boots echoues   Histoires de U-boots echoues EmptyJeu 10 Avr 2014, 13:09



Un historien allemand a fait appel à l'aide de la population de Hastings et de St Leonards.
Jens Arndt, qui travaille pour l'Association d'histoire de Hanau,il est à la recherche de toute information sur un sous-marin allemand.
L 'U-boot, Numéro 118,echoue sur la plage d Hastings en avril 1919.




Histoires de U-boots echoues U11810



Le U-boot type II a été construit au chantier naval de Vulcan à Hambourg et a été lancé le 23 février 1918.
Sous le commandement de Herbert Strohwasser,le U-118 a réussi à couler deux navires sur sa seule patrouille avant d'être cédé le 23 février 1919 - exactement un an après son lancement.
Il devait être transféré à la France mais la remorque se sépare et il s'est échoue au large de Hastings le 15 avril 1919,
en dépit de tentatives par un destroyer français de le briser avec coups de feu.
Des milliers de personnes ont afflué vers le front de mer près de l'hôtel Queens pour voir le sous-marin.
Le maire de la ville a rapidement commencé a vendre des tickets a un petit prix pour être admis à bord pour une visite.
Les recettes sont allées vers les fonds du maire pour l'accueil des troupes qui ont été prévu pour plus tard cette année.




Histoires de U-boots echoues U118_010




Finalement,comme les résidents etaient malades d entendre les enfants bombardant le bateau avec des caillous et
faire du bruit tout au long de la nuit, l'ordre fut donné de detruire le U-boot sur place.

Les pièces de U-118 ont été arrachés et dispersées partout dans Hastings.
La ville elle-même a présenté le canon du sous-marin,mais il fut detruit par l'action des vagues.
En 1921,il a ete pille par la population puis acheté par un revendeur local qui a une boutique dans la vieille ville de Hastings.




Histoires de U-boots echoues U118_u10





source
themotart-journal.com


Revenir en haut Aller en bas
naga13
Maître
Maître
naga13


Localisation : Bangkok(Thailande)
Navire préféré : Oyodo

Histoires de U-boots echoues Empty
MessageSujet: Re: Histoires de U-boots echoues   Histoires de U-boots echoues EmptyJeu 10 Avr 2014, 13:25


Encore 2 superbes photos d epoque

Histoires de U-boots echoues A1112




Histoires de U-boots echoues A56

Revenir en haut Aller en bas
naga13
Maître
Maître
naga13


Localisation : Bangkok(Thailande)
Navire préféré : Oyodo

Histoires de U-boots echoues Empty
MessageSujet: Re: Histoires de U-boots echoues   Histoires de U-boots echoues EmptyVen 11 Avr 2014, 00:27

Le récit de l'échouage de l' U. C. 61 à Wissant, publié en 1927,nous fait entrevoir  les  énormes qualités d'endurance
et de sang-froid exigées de l'équipage d' un sous-marin...
En 1917, il valait certainement mieux se retrouver dans la peau d'un cavalier que dans celle d'un sous-marinier!      

L'enseigne de vaisseau Guichard, commandant un groupe de vedettes en surveillance au large du cap Gris-nez,
eut, dans la nuit du 25 au 26 juillet 1917, une belle émotion.
Par un temps si parfaitement calme, que l'on aurait entendu le moindre son de voix à plus d'un mille et
au milieu d'un brouillard si épais qu'il ne distinguait ni l'avant  ni l'arrière de sa vedette, le commandant entendit,
vers dix heures du matin, le ronronnement caractéristique d'un moteur électrique passant non loin de son bord.

"...Nous écoutons, le cœur battant, a-t-il dit  une voix rauque  qui s'élève et lance un commandement
dans lequel je distingue nettement les syllabes recht et auf..."

Dans la brune épaisse les vedettes s'efforcent en vain de découvrir la piste, prêtes à lancer leurs torpilles
ou leurs grenades ; mais le brouillard rend folles toutes recherches et le sous-marin, perdu,continue sa route à tâtons...

Il ne devait plus aller bien loin.

Vers cinq heures du matin, le douanier Serin, se trouvant sur la plage de Wissant, entrevit, dans le brouillard
une masse noirâtre à quelque distance du bord de l'eau.
Réquisitionner la barque de pêche du Patron Ternissien, y grimper avec trois collègues (les douaniers Lambert, Delcroix, et Tedellec) fut chose vite faite. A force de rames, le canot se dirige vers la chose mystérieuse et se trouve bientôt
en présence d'un sous-marin qui, tous moteurs en marches, tentait vainement de regagner la haute mer.
Sur le pont, une quinzaine de marins, portant des ceintures de sauvetage, travaillaient activement à jeter
des munitions à la mer.

Quelle était sa nationalité se demandèrent les douaniers? Aucun signe de reconnaissance ne permettait de l' identifier.
Le canot  se rapprocha encore un peu et un douanier, se servant de ses mains en guise de porte-voix, s' écria:

-Ohé, du bateau, parlez-vous français?

La réponse étant arrivée affirmative, le douanier Serin demanda:

-Êtes vous Français ou Anglais?

- ...

Et, comme il ne recevait aucune réponse, il insista à nouveau; mais du haut de son poste de commandement,
le commandant du sous-marin cria, d'une voix claire, cette réponse classique depuis Waterloo:

-Tu nous emmerde!

Ce n'est sûrement pas un bâtiment de Sa Majesté Britannique pensèrent les douaniers, vexés d'une telle désinvolture. Impuissants devant le nombre, ils firent demi-tour, regagnèrent la plage et prévinrent, par téléphone,
toutes les autorités militaires de Calais qu'un sous-marin inconnu, parlant français comme feu Cambronne,
était échoué sur la plage de Wissant.

Le sous-marin, qui venait de finir si piteusement sa carrière, était l' UC-61
(commandant: lieutenant de vaisseau Georg Gerth), mouilleur de mines d'un tonnage d'environ 400 t,
long d'une cinquantaine de mètres.
Son armement comprenait trois tubes lances-torpilles, un canon de 88 m/m.
A chaque croisière, il emportait cinq torpilles, plusieurs centaines d'obus, des bombes à main pour couler les navires
non armés et, surtout, dix-huit mines pesant chacune près de 200 kilos.
Disposés à l'avant dans des "puits" verticaux, traversant de part en part le navire, elles pouvaient être immergées automatiquement du poste de commandement sans que le sous-marin fut obligé d' être en surface.



UC 61 en surface

Histoires de U-boots echoues Uc61_110




Le bâtiment muni de moteurs à explosions et de moteurs électriques , possédait en outre la   T. S. F.  
Son équipage  comprenait trois officiers et 22 hommes. Parmi-ceux-ci se trouvaient trois engagés volontaires de 19 ans et un second pilote qui, en surnombre de l'effectif, faisait sa première sortie et aussi la dernière!...

L' UC-61, construit à Brême, était entré en service à la fin décembre 1916, sous une étoile fort peu brillante.
Il avait accompli seulement quatre croisières et commençait sa cinquième lorsqu'il s'échoua.
La première croisière est un raid d'entraînement, la seconde par suite d'avaries ne dure que sept jours.
Pendant la troisième, l' UC- 61 avait dû plonger à plus de 60 mètres pour échapper aux grenades d'un contre-torpilleur, ce qui, par la grande pression, avait provoqué une rentrée d'eau inquiétante.
Lorsqu'il remonte à la surface, il émerge par malchance, près d'un chalutier dont le tir le force à redescendre précipitamment avec une inclinaison telle que l'eau embarquée, avarie les moteurs électriques et les rend inutilisables.

L'UC-61 est donc obligé de naviguer en surface et, au bout de trois jours rentre à Zeebrugge sans avoir été aperçu
de nos patrouilles, mais après une croisière complètement inutile.
Au bout de sept semaines de réparations, il repart. Il est à peine hors de la rade de Zeebrugge qu' il s'avarie dans un filet anglais et fait aussitôt demi-tour.  

Sa quatrième croisière donne enfin un résultat: elle commence fin juin et dure 18 jours.
L'UC-61 mouille des mines aux Pierres-Noires (sur lesquelles, le 27 juin, sautera le cuirassier français Kléber),
puis croise dans le golfe de Gascogne et le long de la côte anglaise.


Le croiseur-cuirasse Kleber coule le 27 juin 1917 pres d Ouessant

Histoires de U-boots echoues 800px-13



Il rentre finalement à Zeebrugge après avoir péniblement couler trois voiliers et deux vapeurs.

Le 25 juillet, l'UC-61 quitte Zeebrugge à une heure de l'après-midi pour sa cinquième croisière.
Le commandant avait l'ordre de mouiller des mines devant Boulogne et Le Havre, et de s'établir ensuite en croisière
dans l' Atlantique.


A suivre...
Revenir en haut Aller en bas
kagou
contre-amiral
contre-amiral
kagou


Localisation : Arcachon
Navire préféré : les sous marins ,les PA et les cuirassés

Histoires de U-boots echoues Empty
MessageSujet: Re: Histoires de U-boots echoues   Histoires de U-boots echoues EmptyVen 11 Avr 2014, 02:08

Bonsoir à tous

Je me permets d'apporter une correction :

Attention à ne pas confondre la classification des U-boat de la Kaiserliche Marine et celle apres la WWI .

Le U-118 n'a jamais été un Type II.C'est un Type UE 2 .la nuance est importante :
Un type II est un sous marin cotier dont la taille varie de 41 m pour un type II A à 44 m pour les type II C et D pour un tonnage moyen de 420 tonnes (classification post empire)et ils ne sont apparus qu'en 1935.

Type II A U-2 Kiel 1935

Histoires de U-boots echoues U-2_u-10

Le Type UE 2 auquel le U-118 appartient est un mouilleur de mines oceanique de 81m de long (classification Empire Germanique).9 unités construites entre 1916 et 1918 (4 chez Vulcan et 5 chez Blohm& Voss) et là c'est plus la meme categorie (1880 tonnes)

Il existe aussi dans la classification post Empire un U-118 qui est un type X B et c'est aussi un minenleger (8 unites construites entre 1939 et 1944 chez Krupp)

L'UC 61 quant à lui est un mouilleur de mine cotier (545 tonnes au total)

Pierre

_________________
Histoires de U-boots echoues Seawol13
Sauf si on reste dans son sillage matelot Beaumont , sauf si on reste dans son sillage ...
Revenir en haut Aller en bas
naga13
Maître
Maître
naga13


Localisation : Bangkok(Thailande)
Navire préféré : Oyodo

Histoires de U-boots echoues Empty
MessageSujet: Re: Histoires de U-boots echoues   Histoires de U-boots echoues EmptyVen 11 Avr 2014, 02:20

Merci pour la correction

Je ne suis pas specialiste de sous-marins et apparement ceux qui redigent des articles sur le net non plus.
(je mettrerai les sources a la fin).



J ai pas trouve le difference entre les appelations de U-boot UC et UB de la premiere guerre mondiale ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



Histoires de U-boots echoues Empty
MessageSujet: Re: Histoires de U-boots echoues   Histoires de U-boots echoues EmptyVen 11 Avr 2014, 09:42

Très intéressant comme d'habitude  Wink 
Revenir en haut Aller en bas
jeanbauduen
Capitaine de Vaisseau
Capitaine de Vaisseau
jeanbauduen


Localisation : bauduen
Navire préféré : bismark uss enterprise cv6 hood

Histoires de U-boots echoues Empty
MessageSujet: Re: Histoires de U-boots echoues   Histoires de U-boots echoues EmptyVen 11 Avr 2014, 10:21

Bonjour a suivre comme d'hab merci. Amitié
Revenir en haut Aller en bas
kagou
contre-amiral
contre-amiral
kagou


Localisation : Arcachon
Navire préféré : les sous marins ,les PA et les cuirassés

Histoires de U-boots echoues Empty
MessageSujet: Re: Histoires de U-boots echoues   Histoires de U-boots echoues EmptyVen 11 Avr 2014, 10:28

naga13 a écrit:

J ai pas trouve le difference entre les appelations de U-boot UC et UB de la premiere guerre mondiale ?

la classification des u boat de l'Empire germanique comporte 375 unités qui se decline comme ceci (entre parenthese le nombre d'unités):

modele pour l'export :U 66 (5), UA (1)
U boat diesel :U 1 (1), U 2 (1), U 3 (2), U 5 (4), U 9 (4), U 13 (3), U 16 (1), U 17 (2)
U boat diesel d'attaque oceaniques :U 19 (4), U 23 (4), U 27 (4), U 31 (11), U 43 (8, U 51 (6), U 57 (12), U 63 (3), modeles rallongés (4), U 81 (6), U 87 (6), U 93 (22)
U-Cruisers et U boat de transport :U 151 (7), U 139 (3), U 142 (1)
UB :sous marins d'attaque cotiers : UB I (17), UB II (30), UB III (89)
UC :sous marins mouilleur de mines cotiers :UC I (15), UC II (64), UC III (16)
UE :sous marins mouilleur de mines oceaniques :UE 1 (10), UE 2 (9)

la classification d'apres guerre comprend elle 1153 unités .C'est là où tu trouveras les Type I,II,VII,IX,X etc etc

Pierre

_________________
Histoires de U-boots echoues Seawol13
Sauf si on reste dans son sillage matelot Beaumont , sauf si on reste dans son sillage ...
Revenir en haut Aller en bas
naga13
Maître
Maître
naga13


Localisation : Bangkok(Thailande)
Navire préféré : Oyodo

Histoires de U-boots echoues Empty
MessageSujet: Re: Histoires de U-boots echoues   Histoires de U-boots echoues EmptyVen 11 Avr 2014, 11:10

Merci Kagou Wink 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



Histoires de U-boots echoues Empty
MessageSujet: Re: Histoires de U-boots echoues   Histoires de U-boots echoues EmptyVen 11 Avr 2014, 11:17

On en sait beaucoup plus maintenant  Wink 
Revenir en haut Aller en bas
naga13
Maître
Maître
naga13


Localisation : Bangkok(Thailande)
Navire préféré : Oyodo

Histoires de U-boots echoues Empty
MessageSujet: Re: Histoires de U-boots echoues   Histoires de U-boots echoues EmptySam 12 Avr 2014, 02:21


La suite


Pendant la nuit, il passe le barrage de la côte belge, puis, en surface, suit de très près la côte française
à partir de Gravelines et traverse la rade de Calais.

A partir de Sangatte, il navigue très lentement à cause du brouillard et c'est là qu'il passe à quelques mètres de l'étrave
du commandant Guichard, noyé, lui aussi, dans la brume épaisse.
Le premier pilote (Steuermann) nommé Lengs, ancien pilote des compagnies allemandes de navigation, connaissait bien
les atterrages du détroit; il est de veille au poste de commandement pour le passage du cap Gris-Nez.

A 4 h20 du matin, le sous-marin talonnait plusieurs fois. Le commandant, qui était à l'intérieur, monta aussitôt sur le pont et crut qu'il avait échoué sur la Bassure de Baas. Lorsque le brouillard se leva un peu, il s'aperçut alors de sa position exacte. A huit cents mètres apparaissaient des villas dispersées dans les dunes autour du mince clocher de Wissant.




Sans perdre de temps, le commandant essaya de se déséchouer à l'aide de tous ses moteurs, puis, pour délester
son navire, il fait sortir des deux tubes avants les torpilles, jeter à la mer une grande quantité de projectiles
et lancer à toute vitesse ses moteurs en avant, puis, en arrière.
Il était trop tard, la mer baissait déjà, abandonnant à son triste sort le grand squale d'acier.

Par T. S. F. , l'UC -61 prévint la station des sous-marins de Brugge de son échouage; puis, sur l'ordre du commandant, se prépara à faire sauter le navire en disposant en différents endroits des bombes destinées à couler les bâtiment
non armés. Celles-ci allumées, tout le monde se jeta à l'eau et gagna facilement la plage.

En courant à Wissant téléphoner au Gouverneur de Calais, les douaniers avaient prévenu un poste de cavalerie belge voisin. Celui-ci se hâta d'envoyer sur la plage un détachement de quarante cavaliers en armes. il y arriva juste à temps pour faire prisonnier tout l'équipage.
Déjà sur le sous-marin, les premières explosions se faisaient entendre. Le commandant de l' UC-61 déclara alors à un capitaine de l'armée belge qui voulait aller à bord: "...Je vous en prie, n'en faites rien, nous sommes tous ici et mon bateau va sauter d'un moment à l'autre..."




Histoires de U-boots echoues Uc61_310





Presque aussitôt, de nouvelles explosions se produisaient, coupant le sous-marin en deux.
Les réservoirs de pétrole, ayant pris feu, un immense panache de fumée et de flammes monta vers le ciel.
L'arrière du sous-marin est en flammes et, seule, la marée montante éteindra, vers 4 heures de l'après-midi,
l'incendie qui a épargné l'avant où les 18 mines et une torpille ne sont pas détruites.

Les autorités militaires ne tardèrent pas à accourir. Le commandant du Front de Mer et le commandant de la marine
en arrivant à Wissant trouvèrent l'équipage devant la mairie deWissant.




Histoires de U-boots echoues Uc-61_10




Les interrogatoires commencèrent aussitôt; entre temps le général Ditte, Gouverneur de Calais, le vice-amiral Ronarc'h, commandant supérieur de la marine de la Z. A. N. , étaient également arrivés.
Un service d'ordre fut établi sur la plage pour empêcher toute la population du village d' approcher de l'épave.
A l'interrogatoire, seul, un engagé refusa de répondre et se borna à donner son nom.
Le commandant de l' UC-61 essaya de déclarer qu'il avait fait le tour de l'Écosse pour venir devant Calais,
mais il ne tarda pas à avouer qu'il avait tout simplement franchi le barrage du Pas De Calais pendant la nuit.
Il fut ensuite l'un des plus loquaces et s'excusa presque d'être assez mal documenté.
La plupart des marins capturés ne cachaient pas une satisfaction évidente de terminer de cette façon une existence
à coup sûr rude et pleine de périls.

Lorsque l'on fouilla le "Steurmann" Lengs, qui, lui aussi, parlait fort bien français, il fut trouvé porteur de billets
de un franc des chambres de Commerce de Boulogne et de Calais. Il refusa toujours de faire connaître comment
ces billets, émis pendant la guerre, étaient en sa possession.

Encadré par un peloton de cavaliers belges, l'équipage de l' UC-61 fut conduit à Calais, officiers en tête,
en passant par Hervelinghem et Saint-Inglevert. Il fit une entrée sensationnelle en ville et obtint un vif succès
de curiosité. C'étaient tous jeunes gens robustes, de 20 à 28 ans, vêtus d'un complet en toile cirée noire et coiffés
d'un béret de même tissu. Par les boulevards Gambetta et Jacquard, on les conduisit à la Citadelle en attendant
leur départ pour un camp de prisonniers.

La nouvelle de la capture du sous-marin, très rapidement connue de la population calaisienne, avait provoqué
une très vive émotion et une grande satisfaction.
Le sous-marin, s'enlisant rapidement dans les sables, une commission d'officiers, s'empressa de prélever sur l'épave,
tout ce qui pouvait être intéressant à étudier, notamment, les périscopes, les microphones etc...




Histoires de U-boots echoues Uc-61_11


Revenir en haut Aller en bas
naga13
Maître
Maître
naga13


Localisation : Bangkok(Thailande)
Navire préféré : Oyodo

Histoires de U-boots echoues Empty
MessageSujet: Re: Histoires de U-boots echoues   Histoires de U-boots echoues EmptySam 12 Avr 2014, 02:26

Huit mines furent dégagées et transportées au Front de mer de Calais pour y être démontées.
Des soutes du sous-marin, les artificiers de l'arsenal avaient extrait 300 obus.
Pendant une tempête qui dura deux jours, l'UC-61 s'enfonça brusquement de un mètre cinquante dans le sable,
ce qui rendit impossible l'enlèvement de la dernière mine et de la dernière torpille.
Pour se débarasser d'une façon pratique de ces deux mille kilos d'explosif, l'on décida que le sous-marin servirait de but
à des essais de tir d'un mortier belge nouveau modèle.




Histoires de U-boots echoues Uc-61_12




Le 4 septembre, le tir s'acheva avec la quinzième bombe, qui provoqua l'explosion de toutes les mines.
La déflagration formidable lança, à 80 mètres  de hauteur une trombe d'eau de plus de 40 mètres de diamètre
se soutenant pendant près de15 secondes.
Sous une pareille éruption, une moitié de l'UC-61 se souleva, fit demi-tour et retomba sans dessus dessous.
Le sous-marin n'était plus qu'un amas de ferraille.


En 1920, l'épave fut vendue par les soins de l'Inscription Maritime de Calais et adjugée 1.500 francs à un habitant deWissant, M. Charlemagne Honvaut, qui, avec l'aide du chef-artificier Carton, ancien gardien de batterie à Calais,
réussit encore à en retirer d'importantes quantités de bronze et de cuivre en y faisant exploser des charges de mélinite. Les débris de l'ancien sous-marin disparaissent maintenant de plus en plus sous les sables.


source
http://www.1914-1918.be

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



Histoires de U-boots echoues Empty
MessageSujet: Re: Histoires de U-boots echoues   Histoires de U-boots echoues EmptySam 12 Avr 2014, 09:03

Ça a fait le bonheur des ferrailleurs  Laughing 
Revenir en haut Aller en bas
bulledo
Maistrancier
Maistrancier
bulledo


Localisation : Toulouse

Histoires de U-boots echoues Empty
MessageSujet: Re: Histoires de U-boots echoues   Histoires de U-boots echoues EmptySam 12 Avr 2014, 11:16

superbe recit,très bien documenté comme d'habitude et instructif
cordialement
Revenir en haut Aller en bas
naga13
Maître
Maître
naga13


Localisation : Bangkok(Thailande)
Navire préféré : Oyodo

Histoires de U-boots echoues Empty
MessageSujet: Re: Histoires de U-boots echoues   Histoires de U-boots echoues EmptyDim 13 Avr 2014, 02:49

Le U-20,le tueur du RMS Lusitania

L’ U-20 s’échouera en octobre 1916, au Jutland,sur un plage danoise à cause d’un compas d’effectueux.
Il lancera un appel de détresse et sera assisté par deux cuirassés et un destroyer.
Le message ayant été intercepté, le sous marins anglais J-1 aura le temps de torpiller (mais pas couler) un des deux cuirassés.
L’ U-20, trop endommagé, sera sabordé.



Histoires de U-boots echoues U_20_g10




Histoires de U-boots echoues U_20_g11




Il sera en majeure partie démolie par les autorités danoises en 1925. En 1984 les restes seront retrouvés dans le sable, le kiosque séparé du reste. L’épave est identifiée grâce aux numéros des hélices.


Schweiger obtiendra en ensuite le commandement de l’UB88. Il coulera avec tout son équipage le 17/09/1917
après avoir sauté sur une mine. Schweiger est le 7° meilleur commandant de U-Boot de la 1° guerre mondiale,
avec 190.000 tonnes en 12 patrouilles.
Revenir en haut Aller en bas
BROMURE
Vice-Amiral
Vice-Amiral
BROMURE


Localisation : FLERS EN ESCREBIEUX 59128
Navire préféré : Automoteur Freycinet des Forges de Strasbourg

Histoires de U-boots echoues Empty
MessageSujet: Re: Histoires de U-boots echoues   Histoires de U-boots echoues EmptyDim 13 Avr 2014, 09:49

Bien le bonjour

une autre histoire des sous marins très interressante et inconnue

encore un sujet digne d'interet et bien documentés

_________________
/>
LE BON DIAMETTRE POUR LE PASSAGE DE LA GODILLE ( ENGOUJURE ) 
DANS LE TABLEAU ARRIERE  C'EST LE DIAMETTRE D'UNE BOUTEILLE DE VIN 
( 75 mm )
Revenir en haut Aller en bas
naga13
Maître
Maître
naga13


Localisation : Bangkok(Thailande)
Navire préféré : Oyodo

Histoires de U-boots echoues Empty
MessageSujet: Re: Histoires de U-boots echoues   Histoires de U-boots echoues EmptyLun 14 Avr 2014, 03:02

À la fin de la Grande Guerre, la flotte de haute mer du Kaiser a été internée a Scapa Flow.
En raison d'une certaine mauvaise communication ou d un manque de communication,le Vice-amiral von Reuter
a ordonné precipitament de couler la flotte allemande entière.
Les U-Boats allemands dans les eaux britanniques sont allés se rendre à Harwich,avec des destins divers au cours
des prochaines années.
Nous examinons toujours la raison pour laquelle on ne connait pas le nombre exact de sous-marins qui ont été envoyé
à Falmouth,erreur dans les rapports du nombre réel envoyé,de 5 à 9 sous-marins.
Ce que nous connaissons vraiment est c est qu'il y a les restes de 4 U-boot dans la zone.

Un U-boot a ete suppose etre coule apres un exercice de tir près de la Pointe Dodman.
Ceci a ete classe dans les archives.
Apparemment,il était plus facile de le faire couler que de le reprendre en remorquage.
Les U-Boats restants ont fini amarrés dans la Baie de Falmouth en Cornouaille,attendant leur destin.


Les UB-86 et UC-92 pris par les britanniques

Histoires de U-boots echoues Ub_cap10



Histoires de U-boots echoues Ub_19110




Six sous-marins alleamnds sont finalement arrivés dans la zone et ont été ancrés à Gullyngvase.
Une tempête d'hiver féroce a brise les amarres et a envoyé ceux-ci sur les rochers de la pointe Pendennis.


L UB-128 echoue

Histoires de U-boots echoues Ub_12810



Histoires de U-boots echoues U_boat10



Pendant de nombreuses années,ils ont été laissés sur place,rouillants.
Ils etaient si près du rivage qu il etait facile pour les gens de sortir à marée basse et de monter à bord.
Ces epaves ont été rachetes plusieurs fois par des casseurs.
Elles ont ete ferailles a partir de 1921.
Revenir en haut Aller en bas
naga13
Maître
Maître
naga13


Localisation : Bangkok(Thailande)
Navire préféré : Oyodo

Histoires de U-boots echoues Empty
MessageSujet: Re: Histoires de U-boots echoues   Histoires de U-boots echoues EmptyLun 14 Avr 2014, 03:12


Ces U-boot ont été lancé pendant 1917.
Les UB-112 et UB-106 ont été construit par Bloom and Voss de Hambourg.
L UB-97 a été construit par AG Vulcan de Hambourg
L UB-86 a été construit par AG Weser de Bremme.
L UB-128 a été construit par AG Weser de Breme
L UC-92 a été construit par AG Vulcan de Hambourg



Histoires de U-boots echoues U_boat11



Histoires de U-boots echoues U_b10



Ce qu il en reste aujourd hui:
Une bonne partie de l UC-92 git pres de la plage de Castle.
Quelques debris des UB 86 et l UB-97 sont pres de la pointe Pendennis.


Pointe Pendennis,l UB-86 au premier plan

Histoires de U-boots echoues Ub_86_10


Aujourd hui

Histoires de U-boots echoues U-bbot10



Debris de l UB-86

Histoires de U-boots echoues Ub_8610




source
http://www.submerged.co.uk
http://www.atlanticscuba.net

Revenir en haut Aller en bas
papylolo
Capitaine de Vaisseau
Capitaine de Vaisseau
papylolo


Localisation : Vendée(85)
Navire préféré : embarcations à voiles latines surtout barquette Marseillaise,bateau de travail

Histoires de U-boots echoues Empty
MessageSujet: Re: Histoires de U-boots echoues   Histoires de U-boots echoues EmptyLun 14 Avr 2014, 07:58

Bonjour
très instructif ces récits sur les U-boots
merci Naga13
@mitié Laurent
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



Histoires de U-boots echoues Empty
MessageSujet: Re: Histoires de U-boots echoues   Histoires de U-boots echoues EmptyLun 14 Avr 2014, 09:20

Il n'en reste pas grand chose  Wink 
Revenir en haut Aller en bas
naga13
Maître
Maître
naga13


Localisation : Bangkok(Thailande)
Navire préféré : Oyodo

Histoires de U-boots echoues Empty
MessageSujet: Re: Histoires de U-boots echoues   Histoires de U-boots echoues EmptyMar 15 Avr 2014, 11:28

Decouverte 20 Decembre 2013


Depuis presque un siecle,repose un U-boot allemand de la Grande Guerre 14/18 dans le Kent.




Histoires de U-boots echoues Ub_12210




Histoires de U-boots echoues Ub-12210



Son ossature est incroyablement intacte,un sous-marin allemand de la Premiere guerre mondiale est pris dans la vase
et la vegetation.
On a longtemps connu l'existence de celui-ci,mais sa recente apparition a gagne de nouveau l'interet apres
des changements de maree et des tempetes recentes qui l'ont rendu plus visible.

Une nouvelle recherche a ete lancee par des historiens navals pour l'Heritage anglais pour avoir un apercu frais
du comment la machine de guerre sous-marine a ete abandonne sur les rives du fleuve Medway a Hoo,dans le Kent
et le mystere du pourquoi il s'est trouve la intact pendant plus de neuf decennies.




Histoires de U-boots echoues U_boot10



Leurs enquetes les ont aussi pousses a conclure que,apres beaucoup d'annees d'incertitude sur son identite,
c'est presque certainement le sous-marin allemand UB-122.
L'archeologue marin Mark Dunkley,le conseiller de designation maritime pour l'Heritage anglais,a dit :

Il a ete la depuis 1921. C'etait un des 100 sous-marins allemands qui se sont rendus a la fin de la guerre 14/18 et
qui ont ete emmenes a Harwich.
Certains ont ete envoyes a la marine francaise,mais la majeure partie a ete decoupes et utilises comme ferraille.
Les rapports  montrent que les moteurs diesel ont ete demontes de l'UB-122 et reutilises dans une centrale a beton
a Halling dans le Kent - les centrales electriques du sous-marin allemand ont ainsi entretenu le developpement industriel britannique de l'apres-guerre.




Histoires de U-boots echoues Ub-12211




Ce que nous ne connaissons toujours pas exactement,c est pourquoi ou comment l UB-122 a fini la ou il est.
Il est probable qu'il ai ete emmene en haut de l'estuaire Medway pour etre ferraille.
Peut-etre que pendant une tempete,il a rompu les cables de son remorquage et s est echoue a Hoo.
Quant a la raison pour laquelle il a ete laisse la,nous pouvons seulement speculer.
Cela pourrait avoir ete un trop grand effort pour le sortir  ou peut-etre c'etait un probleme de navigation
dans la facon d'y arriver.
Son interet consiste en ce que c'est le seul sous-marin allemand complet connu que l'on peut voir sur le rivage
des eaux britanniques.

L UB-122 etait un sous-marin allemand 'cotier' equipe de dix torpilles et concu pour attaquer les navires Alliee.

Il n'y a aucune action planifie pour le conserver,mais l'Heritage anglais regarde pour trouver un endroit historique
plus en detail apres la fin des commemorations de l'annee prochaine associees au centenaire du debut de la guerre 14/18.


26 U-boots ont ete ont ete emene pour leur destruction par le fleuve Medway.
8 d entre eux sont formellement connus:

U 112,ferraille a Rochester en 1922.
UB 76,ferraille a Rochester en 1922              
UB 93,ferraille a Rochester en 1922              
UB 144,ferraille a Rochester en 1922            
UB 145,ferraille a Rochester en 1922            
U 126,ferraille a Upnor en 1923.
U 141,ferraille a Upnor en 1923              
UC 60,ferraille a Rainham en 1921.


sources
http://www.dailymail.co.uk
http://www.kenthistoryforum.co.uk
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



Histoires de U-boots echoues Empty
MessageSujet: Re: Histoires de U-boots echoues   Histoires de U-boots echoues EmptyMar 15 Avr 2014, 19:37

Belle histoire un sous marin qui réapparait  Wink 
Revenir en haut Aller en bas
naga13
Maître
Maître
naga13


Localisation : Bangkok(Thailande)
Navire préféré : Oyodo

Histoires de U-boots echoues Empty
MessageSujet: Re: Histoires de U-boots echoues   Histoires de U-boots echoues EmptyVen 18 Avr 2014, 02:29

U-617
Type VIIC  

Lance le 31 Mai 1941 par  Blohm & Voss, Hambourg


7 Patrouilles effectuees:

9 Avril 1942 - 31 Aout 1942   5. Flottille (entrainement)

1 Septembre 1942 - 30 Novembre 1942   7. Flottille (service actif)

1 Decembre 1942 - 12 Septembre 1943   29. Flottille (service actif)


Succes:

11 navires coules (30,389 tonnes).




Le naufrage de l'U-617,le 12 septembre 1943

A 0h50 du matin,le sous-marin allemand U-617 (Kapitanleutnant Albrecht Brandi) a ete attaque avec des grenades sous-marines par un Vickers Wellington britannique equipe Leigh Light
(179 Sqdn RAF/P,le pilote S/L D.B. Hodgkinson, RCAF)pres de la cote marocaine.
La flak du U-boot a violement riposte mais le Wellington a continue d attaquer.
Le chef d Eescadron D B. Hodgkinson RCAF a touche sa cible,du fuel s echappait de celle-ci.

Un autre bombardier britannique est venu prendre la releve (179 Sqdn RAF/J, pilot P/O W.H. Brunini).

Il est apparu que le U-boot essayait d aller vers des eaux neutres,le U-617 etait clairement visible par l'équipage
du Wellington "J" sur une mer calme sous un ciel sans nuages.
Le radar l'a pris en compte alors on pouvait clairement voir la traînée de fuel dans le reflet de la mer.



Vickers Wellington Leigh light lutte anti-sousmarine

Histoires de U-boots echoues Wellin10





L attaque a debute vers 01h50 mais la Flak a touche le bombardieren plusieurs endroits,blessant fatalement
le mitrailleur arriere mais ceci est reste inapercu par l'equipage pendant l'action.

Le mitrailleur avant a retourne les tirs du U-boot,de violents impacts ont frappes autour du kiosque pendant
que les grenades sous-marines descendaient de 80 pieds.
Le Wellington avait été touché sur le côté gauche,le pilote est monte à 500 pieds pour inspecter les degats mais
ceux-ci n'étaient pas aussi severes donc il est revenu voir les résultats de son attaque.



Leigh light eclairage de la cible de nuit associe a un radar monte sur un B24 Liberator

Histoires de U-boots echoues -leigh10



Des flammes postérieures infimes pouvaient être vu venant du kiosque et en bas du U-boot sur l arriere pendant
presque une minute.
L'avion a continué à suivre le bateau pendant 45 minutes jusqu'à ce qu'il se soit finalement échoué tout seul
sur la côte marocaine dans la position 3513/0329.
Le lendemain matin,le U-617 se trouvait sur son côté babord avec le kiosque inondé; son équipage était à terre,
séchant leurs vêtements.



Histoires de U-boots echoues U617_b11




l epave a ete acheve par des attaques de Hudson,Swordfish (Hudsons du 48e et 233e Sqdn RAF et 2 Swordfish
du 833e et  886e Sqdn FAA) et finalement par des tirs de la Corvette HMS Hyacinth et du dragueur de mines
HMAS Wollongong.

L'équipage allemand n'a subi aucune pertes humaines et tous les 49 hommes ont survécus.
Internés par les espagnols,ils ont ete postérieurement rapatriés en Allemagne.


U-617 echoue avant sa destruction

Histoires de U-boots echoues U-617_10






Membres d equipage du Wellington J/179


P/O. W H. Brunini. Pilote

Sgt. A. Jones. Co- pilote.

F/O. V H. Johnson. Navigateur.

Sgt. F M. Crowdis. Wop/Ag.

F/S. H W. Barnfield. Wop/Ag.

F/S. W. Jones RNAF. mitrailleur arriere-----mort au combat.


sources

http://www.ww2aircraft.net
http://uboat.net
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



Histoires de U-boots echoues Empty
MessageSujet: Re: Histoires de U-boots echoues   Histoires de U-boots echoues EmptyVen 18 Avr 2014, 11:26

Merci pour ce récit  Wink 
Revenir en haut Aller en bas
naga13
Maître
Maître
naga13


Localisation : Bangkok(Thailande)
Navire préféré : Oyodo

Histoires de U-boots echoues Empty
MessageSujet: Re: Histoires de U-boots echoues   Histoires de U-boots echoues EmptyMar 22 Avr 2014, 14:00

Les patrouilles anti sous-marines britanniques



B24 Liberator GR Mk V, FL948 (D), et l equipage du F/Lt Alois Šedivý DFM


Histoires de U-boots echoues B24_li10





L Escadron 311 sur B 24 Liberator a joué un grand role en patrouilles aériennes pendant l'invasion Alliée de l'Europe "Opération Overlord" .
Déjà le 16 juin 1944,F/Lt Sediv a eu une occasion d'attaquer un sous-marin allemand.
Il était en patrouille avec son B 24 Liberator GR.Mk. V BZ 745 (E) comme d'habitude au-dessus de la Manche,
quand son équipage a apercu à 12:47 une tache de pétrole sur la surface de l'eau.
C'est arrivé près de l'île d'Ouessant a environ 60 kms à l'est de Brest.
La trainee de pétrole se déplaçait lentement,donc ca pouvait être un sous-marin allemand,peut-être un endommagé.
Tout d'abord,l'équipage a sorti deux bouées de marqueur et ensuite Sediv a attaqué à 13:05.
Il a largue 3 grenades sous-marines et quatre minutes plus tard, 3 d'autre encore.
Aussitôt que la surface orageuse de la mer s'est calmée, on pouvait voir la trainee de pétrole se déplaçait toujours,maintenant vers la  gauche.
L'équipage n'a pas eu de succes dans leur attaque.

Après une activité intense en patrouilles aeriennes et après que ces sous-marins allemands ont perdu les plupart
de leurs bases dans l'Ouest de la France,l Escadron 311 s est deplace vers le nord, à Tain en Écosse
(County Ross & Cromarty),en août 1944.
il faisait partie du Coastal Command Groupe 18 et sa nouvelle zone opérationnelle était la Mer du Nord et
la Mer de norvége, beaucoup de patrouilles anti-sous-marines ont eu lieu entre Orkneys et les iles Shetlands,
pres des Hebrides et près des Faeroes,certaines des patrouilles ont ete lancees jusqu'au cercle polaire arctique.
Cependant la durée des patrouilles anti-sous-marines n'ont pas ete raccourcies,mais en réalité allongees.

Par exemple,en septembre 1944,l Escadron 311 a revendiqué un nombre plus grand d'heures de vol
(1371) qu'en juin 1944 pendant l Operation Overlord (1250).
Ce record est resté intact jusqu'à la fin de la guerre.

Tain était la dernière base du 311e Sqn.
Après la guerre fini,le 311e Sqn,est devenu une partie du 301e Escadron Transport Command et un mois plus tard
il a commencé son mouvement vers Manston dans le Kent au Sud de l'Angleterre.



Des patrouilles tres eprouvantes

Les vols de patrouille anti-sousmarines les plus longs ont duré de 14 à 16 heures et ont infliges d'énormes demandes
sur le physique,mais particulièrement sur la condition psychologique des pilotes opérationnels.
"Tous ces vols n'étaient pas exhaustifs de la même façon, mais ils étaient tout ennuyeux et monotones",
se rappelle un ancien pilote.
"Après de longues heures a observer la mer infinie,nous étions content de voir une baleine,une bouée cassée ou
un bateau de pêche autre chose que la mer illimitée grise.
Les vols de patrouille en mer pouvaient rendre l'équipage somnolent notament du a la chaleur dans la cabine,l'air vicié
et la fumée.Ceux-là étaient les moments les pires et les plus dangereux.
Le café noir et le fait de fumer des cigarettes sans arret n aidait pas non plus a rester eveille... "
L'épuisement des équipages était évident à tout le monde :
"les équipages revenaient de mission totalement épuisé," se rappelle un ancien docteur d'Escadron, F/O MUDr. Karel A. Machácek.
"Des différences énormes apparaissaient entre leurs conditions,avant le vol et après, c'était incroyable.
Les membres d'équipage ne parlaient à personne,ils pouvaient à peine se déplacer ou faire un pas."




Alois Šedivý,pilote bombardier Tchecoslovaque dans la RAF

Histoires de U-boots echoues Jr_sed10






Meme un pilote experimente et robuste comme Alois Sedivy n etait pas un surhomme.
"Je me rappelle une histoire que Lojza nous a dite après la guerre" a écrit un des parents d' Alois.
"Les vols sur l'océan étaient vraiment difficiles et fatigants.
Une fois,il s est endormi presque aux commandes,mais il s'est réveillé au dernier moment simplement a cause d une photo
tombe du tableau de bord qui arriva au dessus de ses mains.



A suivre...

Revenir en haut Aller en bas
 
Histoires de U-boots echoues
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Royale Modélisme :: RECUEIL DE DOCUMENTATION & PLANS :: Navires et Histoire Navale-
Sauter vers: