Forum pour tous les passionnés de modélisme naval
 
PortailAccueilS'enregistrerFAQConnexion

Partagez | 
 

 Canon de Gribeauval de 8 - 1er Empire - HISTOREX 1/32e

Aller en bas 
AuteurMessage
gribeauval83
Quartier-maître de première classe
Quartier-maître de première classe
gribeauval83

Localisation : Saint-Raphaël - Var
Navire préféré : Tous, les gris comme les anciens gréements d'Arsenal

MessageSujet: Canon de Gribeauval de 8 - 1er Empire - HISTOREX 1/32e   Mer 15 Aoû - 16:28

Salut à tous, 
Encore une petite vignette toute simple pour laquelle il n'y aurait rien à dire sauf que,
sentimentalement, pour moi, ce canon a toute une histoire.     
Elle est née lorsque j'étais en seconde, au Lycée Michelet de Vanves, en 1954 et que j'étais tombé sur une gravure       
le représentant en situation. Comment le déclic s'est-il fait, comment s'est opérée la magie qui transporte        
dans les rêves, mystère. L'année suivante, en première,  je rêvassais sur d'autres gravures de mon      
Mallet-Isaac, le manuel d'Histoire bien connu des potaches de ce temps-là. On y voyait ce canon en position, à Toulon, avec Bonaparte qui y faisait ses premières armes victorieuses, en ligne devant l'Eglise Saint-Roch, toujours avec Bonaparte matant l'insurrection royaliste, au Grand Saint-Bernard, démonté et traîné dans des troncs d'arbre        
avec Bonaparte encore à la veille de s'immortaliser en Italie... 
Avec un copain qui avait trouvé dans son grenier un tube exact en bronze d'une quinzaine de centimètres, copie conforme en modèle réduit, on avait essayé de bricoler un affût mais, avec un seul couteau  et du bois improbable, l'affaire tourna court. 
Bien des années plus tard, après ma journée de boulot et ratant mon tain du soir à Montparnasse, je flânais dans le        
quartier en attendant le suivant. A la devanture d'un marchand de jouets rue Edgar Quinet, je tombe sur mon canon monté mais non peint. C'était un HISTOREX, au 1/32e.  
Bingo ! Tous mes souvenirs enfouis sont remontés à la surface.        
Je rentre dans la boutique et j'achète la pochette  correspondante.    
Le marchand, pas fou, me dit que cette marque a des personnages à monter et à peindre et d'autres matériels, ainsi qu'une foule de pièces détachées. C'est de là qu'est née ma passion pour les figurines, pour ce canon, que j'ai bien dû décliner à au moins cinquante exemplaires, et pour la marque en particulier.       
Du coup, j'ai aussi raté le tain suivant...  
J'en ai fini avec la nostalgie. Deux photos et, d'abord, quelques données.     
Comme les pièces de 4, 6 et 12, ce canon, particulièrement adopté par l'artillerie à cheval pour son poids médian        
ne diminuant pas son efficacité,  appartenait à l'artillerie de campagne.        
A l'époque, les calibres ne s'exprimaient pas encore en millimètres (système métrique encore trop peu utilisé)        
mais en poids du projectile tiré, exprimé en livres. Ce canon de 8 tirait donc des boulets d'environ 4 kilos.         
Sa portée utile était d'environ 1600 mètres. En terrain meuble, sableux ou labouré, les ricochets des boulets étaient inexistants. Mais sur terrain rocheux aplani ou non ou  sur la glace, les ricochets étaient particulièrement dangereux et la portée pouvait dépasser 2500 mètres. 
Calibre métrique restitué: 106, 1 mm      
Longueur totale de la pièce (quelques rares variantes dans les affûts), environ 3,70m.      
Masse totale en ordre de marche (canon + avant-train) : 1650 kilos. 
Attelage: 4 ou 6 chevaux selon les possibilités (6 dans les batteries d'artillerie à cheval).    
Longueur du tube long : 2,00m.  Poids du tube :  580 kilos.     
Les boulets étaient soit libres avec une gargousse de poudre séparée, soit ensabotés, c'est-à-dire le boulet posé sur une couronne de bois à laquelle il était lié par deux bandelettes de métal plat en croix. La couronne servait de bouchon à la gargousse remplie de poudre et l'ensemble était introduit dans l'âme, la gargousse en premier.        
C'était la  préfiguration de l'obus moderne.        
Masse du boulet encartouché: 5,6 kilos dont 4,1 kilos pour le boulet, ceci pour le tir ajusté à 1600 m avec les mêmes limitations pratiques que pour le canon de 12.   
En tir à ricochet, mêmes performances que celles de la pièce de 12 (portée allongée).      
Mais, pour le tir à mitraille (fin de combat, en dernière extrémité,  lorsqu'on arrive à épuisement des munitions mais que l'ennemi progresse toujours ou charge avec la cavalerie) on emploie les boîtes à balles de 7 kilos (ancêtre du schrapnel) dont la portée efficace est de 600 m environ, avec une gargousse séparée pour le transport, boîte  contenant 41 balles de 33 mm mais une portée de 500 m avec une boîte de 112 balles de 24mm . Ce tir désespéré était craint des assaillants parce que terriblement meurtrier. La dispersion des projectiles en éventail sur une troupe en ligne frontale (n'oublions pas que la guerre se faisait debout), pouvait dépasser 120 mètres et  abattre de 15 à 20 homme ou 12 chevaux.  
Le coffret d'affût contenait 15 cartouches à boulet, 20 étoupilles, 3 lances à feu et un bout de longueur de mèche.        
Un des caissons servant la pièce et le coffret d'affût fournissaient 199 coups (3 caissons par pièce de Cool.         
Peloton de pièce: 13 servants, 8 canonniers artilleurs du corps d'artillerie, 5 auxiliaires fournis par l'infanterie.         
Même cadence de tir que pour le canon de 12: 1  à 1, 1/2 coup à la minute en tir ajusté. 2, 1/2 à 4 coups en tir à mitraille à volonté sans remise en batterie après recul.        
J'espère avoir tout dit.


De gauche à droite: la pièce en position de tir, un ouvrier d'artillerie avec un levier de débardage, un coffret d'outils de forge et l'avant-train avec son timon enclaveté en position d'attelage. Entre la sellette de cheville ouvrière sur le corps d'essieu et la queue d'armon repose crosse de la pièce, j'ai placé le coffret d'affût que les canonniers vidaient
pour commencer le feu en attendant l'arrivée des caissons de munitions. Cette place était réglementaire au combat. 


That's all, Folks !
Bonne soirée et à+
Armand..... du gribeauval83  (c'est aussi de cette histoire que j'ai tiré mon pseudo...)
Revenir en haut Aller en bas
migou31
Major
Major
migou31

Localisation : Région Toulousaine
Navire préféré : Tous

MODELISME
Maquettes en cours:
Maquettes en Projet:

MessageSujet: Re: Canon de Gribeauval de 8 - 1er Empire - HISTOREX 1/32e   Jeu 16 Aoû - 6:17

Bonjour Gribeauval
Très belle réalisation et merci pour les explications sur le fonctionnement de l'original.
Pour ce genre de sujet historique comment fait-on pour avoir des indications de couleur? Des peintures d'époque, des archives?
Encore bravo,
Jean

_________________
Ce qui n'est pas partagé est perdu Cool
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


MessageSujet: Re: Canon de Gribeauval de 8 - 1er Empire - HISTOREX 1/32e   Jeu 16 Aoû - 9:15

Superbe et ton histoire « nostalgique » me rappelle quelques une des miennes !
Fais pas bon vieillir Smile

ZR
Revenir en haut Aller en bas
gribeauval83
Quartier-maître de première classe
Quartier-maître de première classe
gribeauval83

Localisation : Saint-Raphaël - Var
Navire préféré : Tous, les gris comme les anciens gréements d'Arsenal

MessageSujet: Canon de Gribeauval de 8 - 1er Empire - HISTOREX 1/32e   Sam 18 Aoû - 21:49

Merci à vous deux.

migou que veux-tu savoir exactement ?
Si je peux t'aider, envoie-moi un MP.
Revenir en haut Aller en bas
Pierre66
Enseigne de vaisseau de deuxième classe
Enseigne de vaisseau de deuxième classe
Pierre66

Localisation : Perpignan
Navire préféré : PA Joffre

MODELISME
Maquettes en cours:
Maquettes en Projet:

MessageSujet: Re: Canon de Gribeauval de 8 - 1er Empire - HISTOREX 1/32e   Sam 18 Aoû - 23:10

Une très belle histoire et un montage magnifique, bravo ! Wink

_________________
Amicalement,
Pierre
Revenir en haut Aller en bas
Lostiznaos
Maître principal
Maître principal
Lostiznaos

Localisation : St Hilaire du rosier 38
Navire préféré : Corvette Flower

MessageSujet: Re: Canon de Gribeauval de 8 - 1er Empire - HISTOREX 1/32e   Sam 18 Aoû - 23:15

Bravo pour ce retour à la fois historique et personnel!
J'ai eu un peu la même avec une pochette qui s'appelait si je me souvient bien "la batterie des hommes sans peur...

Ta vignette est superbe, je me pose juste la question du tube dont il me semble avoir lui quelque part qu'ils étaient peint en noir.

_________________
Amitiés à tous
Gilles(Lostiznaos)
Revenir en haut Aller en bas
gribeauval83
Quartier-maître de première classe
Quartier-maître de première classe
gribeauval83

Localisation : Saint-Raphaël - Var
Navire préféré : Tous, les gris comme les anciens gréements d'Arsenal

MessageSujet: Canon de Gribeauval de 8 - 1er Empire - HISTOREX 1/32e   Dim 19 Aoû - 7:06

Merci Pierre.

Merci Gilles.
Je me souviens très bien de la pochette "La batterie des hommes sans peur". Et je me souviens de sa 
sortie, avec le père Gillet, fondateur avec d'autres de la marque Historex, qui avait tout de suite eu 
l'idée de vendre son canon avec des artilleurs Révolution qu'il avait créés à partir des habits Ancien Régime. Ce qui supposait déjà une certaine habileté dans la transformation des figurines pour en faire
des servants en situation. 
Je ne sais où tu a lu que les tubes étaient peints en noir. Ils ont toujours été laissés dans leur couleur
naturelle de bronze nu, certes terni et vieilli avec le temps ou les intempéries, la gueule certes un peu noircie par la poudre brûlée, mais c'est tout. J'ai vu des centaines de canons en gravures ou autres et 
et jamais de tubes peints. 
Et j'ajouterai que c'était bien le seule chose que les artiflots astiquaient quand ils en avaient le loisir. 

En revanche, toutes les ferrures d'affût étaient, dit-on communément dans les descriptifs courants à usage des figurinistes, peintes en noir. Soit. Je veux bien, sans réelle conviction, car ma théorie personnelle est que, en raison de mes doutes sur la résistance des peintures sur métal de l'époque et des peintures d'alors en général , cette peinture devait vite s'écailler ou être frottée et laisser très tôt réapparaître le métal nu. C'est d'ailleurs l'option - métal nu d'emblée - que j'ai toujours choisie pour mes réalisations et elle ne m'a jamais été reprochée. Elle fut même approuvée par notre maître vénéré le grand peintre des armées Eugène Leliepvre en son temps. Tu en as un exemple avec les photos ci-dessus.
Et si tu te reportes à ma publication, dans un autre monde, d'un certain grand parc d'artillerie, tu en auras des exemples multiples. Peut-être t'en souviens-tu...

A+
Armand..... dit gribeauval83
Revenir en haut Aller en bas
migou31
Major
Major
migou31

Localisation : Région Toulousaine
Navire préféré : Tous

MODELISME
Maquettes en cours:
Maquettes en Projet:

MessageSujet: Re: Canon de Gribeauval de 8 - 1er Empire - HISTOREX 1/32e   Dim 19 Aoû - 7:14

gribeauval83 a écrit:

migou que veux-tu savoir exactement ?
Merci Gribeauval, en suivant le fil de la discussion j'ai déjà les réponses à mes questions!
Je ne connais rien à la figurine et encore moins à la figurine historique mais je suis admiratif, là encore la notion de précision historique est fondamentale.
J'espère que tu postera d'autres réalisations,
Amicalement,
Jean

_________________
Ce qui n'est pas partagé est perdu Cool
Revenir en haut Aller en bas
patdxfr
Maître principal
Maître principal
patdxfr

Localisation : Corse d'en bas

MessageSujet: Re: Canon de Gribeauval de 8 - 1er Empire - HISTOREX 1/32e   Dim 19 Aoû - 9:57

J'aime bien tes réalisations et surtout les présentations sous forme d’historiette très bien documentée.

Petite question balistique : la portée maxi est atteinte avec une hausse de 45° (c'était déjà prouvé à cette époque là, y compris le rôle de la résistance de l'air), or, je ne vois pas comment hausser cet affut ?
Sa largeur a l'air plus importante que l'écartement des support en bois (excuses mon ignorance des termes d'artillerie !)

Je ne suis pas sur d'être très clair dans ma question !
A+
PAt_2b


_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://pdurieux.free.fr/
Ekis
Elève officier
Elève officier
Ekis


MessageSujet: Re: Canon de Gribeauval de 8 - 1er Empire - HISTOREX 1/32e   Dim 19 Aoû - 10:04

Un dio très beau, élégant. Smile

_________________
Revenir en haut Aller en bas
gribeauval83
Quartier-maître de première classe
Quartier-maître de première classe
gribeauval83

Localisation : Saint-Raphaël - Var
Navire préféré : Tous, les gris comme les anciens gréements d'Arsenal

MessageSujet: Canon de Gribeauval de 8 - 1er Empire - HISTOREX 1/32e   Dim 19 Aoû - 18:04

Merci chers collègues pour votre intérêt. 

patdxfr, je reproduis tel quel ton pseudo, tu me poses une excellente question. Pour y répondre, en espérant être le plus clair possible, j'ai réuni quelques photos (hélas de qualité médiocre, c'est une de 
mes lacunes), plus des schémas qui, eux, sont nets et j'essaierai d'expliquer tous les termes "techniques",  en fait faciles à comprendre. 

Je commence par "l'écartement des supports en bois". 
En fait, ce que tu appelles les supports sont les pièces constitutives de l'affût qu'on appelle des flasques. 
Ils sont reliés entre eux par des entretoises, une de tête, une à mi-corps, la dernière, l'entretoise-plaque de crosse ou dite de "lunette", armée (par des ferrures) et percée pour livrer passage à la cheville ouvrière de l'avant-train. 
A première vue, les flasques semblent parallèles mais leur écartement est plus large à la crosse qu'à l'avant, pour des raisons de solidité et de stabilité lors du recul de la pièce au départ du coup. 
L'écartement de tête est fonction de la largeur du tube et de ses tourillons. Les tourillons sont des axes
forts, latéraux, de part et d'autre du tube qui s'encastrent très étroitement dans les encoches supérieures de l'affût et qui maintiennent le tube en suspension entre les flasques. 
Il est évident qu'il y a un écartement différent par calibre, les tubes de 4, 6, 8 et 12 (calibres de l'artillerie de campagne) étant de plus en plus gros et de plus en plus lourds. 
Mais, malgré leur aspect grossier, les affûts étaient montés avec une rigoureuse précision, due à la volonté de leur inventeur, le baron de Gribeauval, le fameux ingénieur militaire qui réorganisa 
l'artillerie française à partir de 1765. Son grand principe était, autant que possible, la légèreté des pièces roulantes (pour la mobilité, évidemment), la standardisation des pièces constitutives et leur interchangeabilité. Cela se constatait pour les diamètres de roues mais aussi pour les affûts, les plus gros pouvant, en cas de besoin en urgence, admettre les plus petits. 
Non parallèles donc, les flasques dessinent dans leur intérieur un espace en trapèze allongé. 

En première conclusion, les affûts sont exactement de la largeur des renforts de tourillons? Ca n'est pas discutable.



Les deux flasques d'affût réunis par leurs entretoises et le corps d'essieu encastré au dessous. Les encoches supérieures reçoivent les tourillons du tube. Il y a 2 positions: à l'avant = position de tir;
à l'arrière = position de transport ou de route. Le tube sera posé en dernier. 



L'écartement est strictement celui des renforts de tourillons. Le jeu latéral est d'un centimètre au plus.

Maintenant la hausse.

Les guerres de l'Empire ont été rarement des occasions de poster des batteries à l'avance, et de se servir finement de la hausse pour les tirs. Pour diverses raisons: mobilité des adversaires, constamment en mouvement, tactique de l'Empereur qui déplaçait sans cesse ses batteries selon l'évolution du combat et, surtout, son habitude hardie de porter ses canons toujours plus en avant, souvent sur la ligne même. Certes, il exposait durement ses canonniers mais, malgré les contre attaques d'infanterie ou de cavalerie et les tirs de contre-batterie, ils parvenaient à porter des coups décisifs, sans grand pointage, les tubes étant pratiquement et constamment à zéro. 
S'il fallait pointer, c'était la responsabilité du sous-off, chef de pièce, un chevronné avec de l'expérience qui pointait à l'oeil, à l'estime ou, dans les meilleurs cas, par une échancrure du talon de culasse et un minuscule guide en bout de tube au-dessus de la gueule. 

La hausse s'opérait par l'intermédiaire de la planchette de hausse, articulée à son avant par une charnière solidaire de l'entretoise avant. A l'arrière de cette planchette, dans un creux ferré à la face inférieure, s'insérait la tête mobile de la vis de pointage. Le pas étant gros il n'y avait pas besoin de beaucoup de tours pour faire varier le mouvement de la planchette qui supportait le talon de culasse.
Certes, c'était rudimentaire mais c'était il y plus de deux siècles. Avant le système Gribeauval, le pointage se faisait à l'aide coin de bois enfoncés à la mailloche ou tirés en arrière. 



Dans le rouge, position de la planchette de hausse et poignées de la vis de pointage. Canon de 12.



Extérieur des flasques avec, en pointillé, la position en profil de la planchette de hausse. Canon de 12.



Flanc interne des flasques avec la position réelle de la planchette de hausse, avec sa vis de pointage
à sa place exacte. Canon de 12. 
De dimensions variées, ce dispositif était commun à toutes les pièces de campagne. 





Si tu regardes cette photo, hélas pas en gros plan, au tout premier rang, tu peux voir les poignées de la vis de pointage, juste au-dessous du talon de culasse des pièces. 

J'espère avoir été assez clair. J'ai fait de mon mieux avec ce que j'ai comme doc.
A+
gribeauval83
Revenir en haut Aller en bas
migou31
Major
Major
migou31

Localisation : Région Toulousaine
Navire préféré : Tous

MODELISME
Maquettes en cours:
Maquettes en Projet:

MessageSujet: Re: Canon de Gribeauval de 8 - 1er Empire - HISTOREX 1/32e   Dim 19 Aoû - 18:20

C'est parfaitement clair et très bien illustré Very Happy 
Merci pour toutes ces précisions, on en redemande!!!
Jean

_________________
Ce qui n'est pas partagé est perdu Cool
Revenir en haut Aller en bas
patdxfr
Maître principal
Maître principal
patdxfr

Localisation : Corse d'en bas

MessageSujet: Re: Canon de Gribeauval de 8 - 1er Empire - HISTOREX 1/32e   Lun 20 Aoû - 0:16

Donc, pratiquement tout le temps du tir tendu.
J'avais en tête 1600m de portée et donc un tir balistique, mais je viens de lire bêtement sur wikipedia, que le boulet atteignait 2000m ... en ricochant Smile

Merci pour ces précision.

Pat_2b

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://pdurieux.free.fr/
Castor
Enseigne de vaisseau de deuxième classe
Enseigne de vaisseau de deuxième classe
Castor

Localisation : Pornichet

MODELISME
Maquettes en cours:
Maquettes en Projet:

MessageSujet: Re: Canon de Gribeauval de 8 - 1er Empire - HISTOREX 1/32e   Lun 20 Aoû - 7:29

Les évocations historiques et techniques comme celle de la naissance de ta passion, sont absolument passionnantes. Ta réalisation est tout simplement magnifique.
Merci pour tous ces enseignements.

_________________
Hugues.

"Le plaisir que l'on prend vient surtout de celui que l'on donne."
F. Sauvage
Revenir en haut Aller en bas
Pierre66
Enseigne de vaisseau de deuxième classe
Enseigne de vaisseau de deuxième classe
Pierre66

Localisation : Perpignan
Navire préféré : PA Joffre

MODELISME
Maquettes en cours:
Maquettes en Projet:

MessageSujet: Re: Canon de Gribeauval de 8 - 1er Empire - HISTOREX 1/32e   Lun 20 Aoû - 11:02

Encore une explication claire et très bien documentée. Very Happy

_________________
Amicalement,
Pierre
Revenir en haut Aller en bas
L'ancien
Amiral de la flotte honoraire
Amiral de la flotte honoraire
L'ancien

Localisation : Près du Bourget...mais chetimi de LILLE
Navire préféré : Bounty

MessageSujet: Re: Canon de Gribeauval de 8 - 1er Empire - HISTOREX 1/32e   Lun 20 Aoû - 15:18

Castor a écrit:
Les évocations historiques et techniques comme celle de la naissance de ta passion, sont absolument passionnantes. Ta réalisation est tout simplement magnifique.
Merci pour tous ces enseignements.
 le bonjour vous va, 

castor a dit tout ce que j'en pense !
Merci beaucoup !

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Lostiznaos
Maître principal
Maître principal
Lostiznaos

Localisation : St Hilaire du rosier 38
Navire préféré : Corvette Flower

MessageSujet: Re: Canon de Gribeauval de 8 - 1er Empire - HISTOREX 1/32e   Lun 20 Aoû - 21:32

Superbe ton parc d'artillerie!
Et merci pour ta réponse!
Effectivement, mon souvenir (ancien) concernait peut-être les ferrures, pas les tubes.

Par contre, crois-moi, il ne faut pas se faire des idées sur les peintures du XIXème, on uitilsait des liants de résine et d'huile qui associés à des pigments naturels (ocres, oxides) et à des charges de type blanc de Meudon te donnait des trucs hyper résistants, j'en parle pour avoir du en décaper pour mon boulot sur des bois et des ferrailles!

_________________
Amitiés à tous
Gilles(Lostiznaos)
Revenir en haut Aller en bas
gribeauval83
Quartier-maître de première classe
Quartier-maître de première classe
gribeauval83

Localisation : Saint-Raphaël - Var
Navire préféré : Tous, les gris comme les anciens gréements d'Arsenal

MessageSujet: Canon de Gribeauval de 8 - 1er Empire - HISTOREX 1/32e   Lun 20 Aoû - 21:53

Voilà qui met un point final sympathique à ce topic. 

Encore une fois merci à tous. 

A+
Armand..... dit gribeauval83
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Canon de Gribeauval de 8 - 1er Empire - HISTOREX 1/32e   

Revenir en haut Aller en bas
 
Canon de Gribeauval de 8 - 1er Empire - HISTOREX 1/32e
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mon hommage aux troupes polonaises de la République et du 1er Empire
» Soldats Sarthois du 1er Empire
» Carte de l'Empire romain...
» codex empire tau
» Empire, nouvelle figurine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Royale Modélisme :: MAQUETTES DIVERSES :: TERRESTRE-
Sauter vers: