Modélisme naval
 
AccueilPortailS'enregistrerFAQConnexion

Partagez | 
 

 Pour les amateurs d'aviation française de la 2e guerre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
belgo
Maistrancier
Maistrancier


Localisation : Vue sur les docks d'Anvers

MessageSujet: Pour les amateurs d'aviation française de la 2e guerre   Ven 27 Mai 2016, 23:54

Je ne résiste pas au plaisir de vous faire partager ce morceau de chapitre de "La Promesse de l'Aube", de Romain Gary, lecture de ma jeunesse dont j'avais négligé les chapitres "militaires" et que je redécouvre avec beaucoup de bonheur. Pour mémoire, l'auteur, orphelin de père, a traversé l'Europe avec sa mère, juive polonaise francophile, pour se retrouver en France apprenti pilote durant la débâcle de 40 :
"
L'aérodrome de Bordeaux-Mérignac les 15, 16 et 17 juin 1940 était certainement un des endroits les plus étranges qu'il m'eût jamais été donné de fréquenter.
De tous les coins du ciel, d'innombrables véhicules aériens venaient sans cesse se poser sur la piste et encombraient le terrain. Des machines dont je ne connaissais ni le type ni l'usage déversaient sur le gazon des passagers non moins curieux, dont certains paraissaient s'être purement et simplement emparés du premier mode de transport qui leur était tombé sous la main.
Le terrain était devenu une sorte de rétrospective de tout ce que l'Armée de l'Air avait compté comme prototypes depuis vingt ans: avant de mourir, l'aviation française revoyait son passé. Les équipages étaient parfois encore plus étranges que les avions. J'ai vu un pilote d'aéronavale avec une des plus belles croix de guerre qu'on puisse contempler sur une poitrine de combattant, sortir de la carlingue de son avion de chasse, tenant une petite fille endormie dans ses bras. J'ai vu un sergent-pilote faire descendre de son Goéland ce qui ne pouvait être autre chose que cinq aimables pensionnaires d'une «maison» de province. J'ai vu, dans un Simoun, un sergent aux cheveux blancs et une femme en pantalon, avec deux chiens, un chat, un canari, un perroquet, des tapis roulés et un tableau d'Hubert Robert contre la paroi. J'ai vu une famille de bon aloi, père, mère, deux jeunes filles, valise à la main, discuter avec un pilote du prix du passage en Espagne, le pater familias étant chevalier de la Légion d'honneur. J'ai vu surtout et je verrai toute ma vie les visages des pilotes des Dewoitine-520 et des Morane-406 revenant des derniers combats, les ailes trouées de balles et l'un d'eux, arrachant sa croix de guerre, et la jetant sur le sol. J'ai vu une bonne trentaine de généraux, autour du mirador, attendant, attendant, attendant. J'ai vu de jeunes pilotes s'emparer sans ordres des Bloch-151 et prendre l'air sans munitions, et sans autre espoir que celui d'aller s'écraser contre les bombardiers ennemis que les alertes successives annonçaient, mais qui ne venaient jamais. Et toujours, l'incroyable faune aérienne qui fuyait le naufrage du ciel et parmi laquelle les Bloch-210, les fameux cercueils volants, paraissaient particulièrement bien venus.

Mais je crois que c'est de mes cher Potez-25 et de ces vieux pilotes que nous ne voyions jamais approcher sans entonner un petit air populaire à l'époque: «Grand-père, grand-père, vous oubliez votre cheval» que je me souviendrai avec le plus d'amitié. Ces vieillards de quarante à cinquante ans, tous réservistes, certains anciens combattants de la Première Guerre mondiale, avaient été, malgré les «macarons» de pilote qu'ils arboraient fièrement, maintenus pendant toute la guerre dans des fonctions «de rampants», popotiers, scribes, chefs de bureau, en dépit des promesses de mise à l'entraînement aérien toujours renouvelées et jamais tenues. A présent, ils se rattrapaient. Ils étaient là une vingtaine de solides quadragénaires et, profitant de la capilotade générale, ils avaient pris les choses en main. Réquisitionnant tous les Potez-25 disponibles, indifférents à tous les signes de la défaite qui s'accumulaient autour d'eux, ils s'étaient mis à l'entraînement, amassaient des heures de vol et effectuaient tranquillement leurs tours de piste, comme des passagers qui s'amuseraient à faire des ronds dans l'eau au milieu d'un naufrage, persuadés, avec un optimisme à toute épreuve, qu'ils allaient arriver à temps «pour les premiers combats», ainsi qu'ils le disaient, avec un dédain magnifique pour tout ce qui s'était passé avant leur entrée en lice. Si bien qu'au milieu de cet étrange Dunkerque aérien, dans une atmosphère de fin du monde, au-dessus des généraux désemparés, mêlés à la faune aérienne la plus hybride du monde, au-dessus des têtes vaincues, habiles ou désespérées, les Potez-25 des «vieilles tiges» continuaient à ronronner avec application, se posaient et redécollaient, et les mines joyeuses et résolues de ces résistants de la dernière et de la première heure répondaient des carlingues à nos saluts amicaux. Ils étaient la France du vin et de la colère ensoleillée, celle qui pousse, grandit et renaît à chaque bonne saison, quoiqu'il arrive. Il y avait parmi eux des marchands de soupe et des ouvriers, des bouchers et des assureurs, des clochards et des trafiquants, et même un curé. Mais ils avaient tous une chose en commun, là où l'on sait. Le jour où la France est tombée j'étais assis le dos contre le mur d'un hangar, en regardant tourner les moulins du Den-55 qui devait nous emporter vers l'Angleterre. Je pensais aux six pyjamas de soie que j'abandonnais dans ma chambre de Bordeaux, une perte terrible lorsqu'on pense qu'il fallait y ajouter celle de la France et de ma mère, que je n'allais plus, en toute probabilité, jamais revoir. Trois camarades, sergents comme moi, étaient assis à mes côtés, l'œil froid, le revolver tout prêt sous la ceinture – nous étions très loin du front, mais nous étions jeunes, frustrés dans notre virilité par la défaite, et les revolvers nus et menaçants étaient un simple moyen visuel d'exprimer ce que nous ressentions. Ils nous aidaient un peu à nous mettre au diapason du drame qui était en train de se jouer autour de nous, et aussi, à camoufler et à compenser notre sentiment d'impuissance, de désarroi, et d'inutilité. Aucun de nous ne s'était encore battu et de Gâches, d'une voix ironique, avait fort bien traduit notre pauvre volonté de nous donner des airs, de nous réfugier dans une attitude et de prendre nos distances vis-à-vis de la défaite:
– C'est un peu comme si on avait empêché Corneille et Racine d'écrire pour dire ensuite que la France n'avait pas de poètes tragiques.
Malgré tous les efforts que je faisais pour ne penser qu'à la perte de mes pyjamas de soie, le visage de ma mère m'apparaissait parfois parmi toutes les autres clartés de ce juin sans nuages. J'avais beau alors serrer les mâchoires, avancer le menton et mettre la main à mon revolver, les larmes emplissaient aussitôt mes yeux, et je regardais vite le soleil en face pour donner le change à mes compagnons. Mon camarade Belle-Gueule avait également un problème moral, qu'il nous avait exposé: il était maquereau dans le civil et sa femme préférée était en maison à Bordeaux. Il avait l'impression de ne pas être régulier avec elle, en partant seul. J'essayai de lui remonter le moral, en lui expliquant que la fidélité à la patrie devait passer avant toute autre considération, et que moi aussi, je laissais derrière moi tout ce que j'avais de plus précieux. Je lui citai également notre troisième camarade, Jean-Pierre, qui n'hésitait pas à abandonner sa femme et ses trois enfants pour continuer à se battre. Belle-Gueule eut alors une phrase admirable, qui nous remit tous à notre place et m'emplit encore d'humilité, chaque fois que j'y pense:
– Oui, dit-il, mais vous êtes pas du milieu, alors vous êtes pas obligés.
De Gâches devait piloter l'avion. Il avait trois cents heures de vol: une fortune. Avec sa petite moustache, son uniforme de chez Lanvin, son air racé, il était le garçon de bonne famille par excellence, et il donnait, en quelque sorte, à notre décision de déserter pour continuer la lutte, la consécration de la bonne bourgeoisie catholique française.
Comme on voit, en dehors de notre volonté de ne pas nous reconnaître vaincus, il n'y avait, entre nous, rien de commun. Mais nous puisions dans tout ce qui nous séparait une sorte d'exaltation et une confiance plus grande encore dans le seul lien qui nous unissait. Y eût-il eu un assassin parmi nous que nous y eussions vu la preuve du caractère sacré, exemplaire, au-dessus de toute autre considération, de notre mission, la preuve même de notre essentielle fraternité.
De Gâches monta dans le Den pour recevoir du mécanicien quelques ultimes instructions sur le maniement d'un appareil dont il ignorait tout. Nous devions faire un tour d'essai pour nous familiariser avec les instruments, nous poser, laisser le mécanicien sur le terrain et décoller à nouveau, mettant le cap sur l'Angleterre. De Gâches nous fit signe de l'avion et nous commençâmes à boucler nos ceintures de parachute. Belle-Gueule et Jean-Pierre montèrent les premiers: j'avais des difficultés avec ma ceinture. Je mettais déjà un pied sur l'échelle, lorsque je vis venir vers moi une silhouette en bicyclette, pédalant à toute allure, et gesticulant. J'attendis.
– Sergent, on vous demande au mirador. Il y a une communication téléphonique pour vous. C'est urgent.
Je demeurai pétrifié. Qu'au milieu du naufrage, alors que les routes, les lignes télégraphiques, toutes les voies de communications étaient plongées dans le chaos le plus complet, alors que les chefs étaient sans nouvelles de leurs troupes et que toute trace d'organisation avait disparu sous le déferlement des tanks allemands et de la Luftwaffe, la voix de ma mère ait pu se frayer un chemin jusqu'à moi me paraissait presque surnaturel. Car je n'avais pas le moindre doute, là-dessus: c'était bien ma mère qui m'appelait. Au moment de la trouée de Sedan et, plus tard, alors que les premiers motards allemands visitaient déjà les châteaux de la Loire, j'avais essayé, grâce à l'amitié d'un sergent téléphoniste du mirador, de lui faire parvenir à mon tour un message rassurant, de lui rappeler Joffre, Pétain, Foch et tous les autres noms sacrés qu'elle m'avait tant de fois répétés dans nos moments difficiles, lorsque notre situation matérielle m'emplissait d'inquiétude ou qu'elle avait une de ses crises d'hypoglycémie. Mais il y avait alors encore quelque semblant d'ordre dans les télécommunications, les consignes étaient encore respectées, et je n'étais pas parvenu à la toucher.
Je criai à de Gâches de faire le tour d'essai sans moi et de revenir me prendre devant le hangar; j'empruntai ensuite la bicyclette du caporal et me mis à pédaler.
J'étais à quelques mètres du mirador lorsque le Den se lança sur la piste de décollage. Je descendis de bicyclette et, avant d'entrer, jetai un coup d'oeil distrait à l'avion. Le Den était déjà à une vingtaine de mètres du sol. Il parut un instant suspendu immobile dans l'air, hésita, se mit en cabré, vira sur l'aile, piqua, et alla s'écraser au sol en explosant. Je regardai un bref instant cette colonne de fumée noire que je devais, par la suite, voir tant de fois au-dessus des avions morts. Je vécus là la première de ces brûlures de solitude soudaine et totale dont plus de cent camarades tombés devaient plus tard me marquer jusqu'à me laisser dans la vie avec cet air d'absence qui est, paraît-il, le mien. Peu à peu, au cours de quatre années d'escadrille, le vide est devenu pour moi ce que je connais aujourd'hui de plus peuplé. Toutes les amitiés nouvelles que j'ai tentées depuis la guerre n'ont fait que me rendre plus sensible cette absence qui vit à mes côtés. J'ai parfois oublié leurs visages, leur rire et leurs voix se sont éloignés, mais même ce que j'ai oublié d'eux me rend le vide encore plus fraternel. Le ciel, l'Océan, la plage de Big Sur déserte jusqu'aux horizons: je choisis toujours pour errer sur la terre les lieux où il y a assez de place pour tous ceux qui ne sont plus là. Je cherche sans fin à peupler cette absence de bêtes, d'oiseaux, et chaque fois qu'un phoque se lance du haut de son rocher et nage vers la rive ou que les cormorans et les hirondelles de mer resserrent un peu leur cercle autour de moi, mon besoin d'amitié et de compagnie se creuse d'un espoir ridicule et impossible et je ne peux pas m'empêcher de sourire et de tendre la main.
Je me frayai un passage parmi les quelque vingt ou trente généraux qui tournaient en rond, comme des hérons, autour du mirador et pénétrai dans la Centrale.
La Centrale téléphonique de Mérignac était à cette époque, avec celle de la ville de Bordeaux proprement dite, le premier souffle du pays. C'était de Bordeaux que partaient les messages de Churchill, accouru pour essayer d'empêcher l'armistice, des généraux qui essayaient de s'orienter dans l'étendue de la défaite, des journalistes et des ambassadeurs du monde entier qui avaient suivi le gouvernement dans son repli. A présent, c'était plus ou moins fini, et les lignes devenaient étrangement silencieuses, et sur tout le territoire, dans l'armée morcelée, la responsabilité des décisions dans les unités encerclées étant tombée au niveau de la compagnie et parfois de la section, il n'y avait plus d'ordre à donner, cependant que les derniers soubresauts de l'agonie avaient lieu dans l'héroïsme silencieux et tragique de quelques-uns, dans des combats de quelques heures ou minutes à un contre cent, ceux que l'on ne peut suivre sur une carte et qui ne s'inscrivent dans aucun compte rendu.
Je trouvai mon ami le sergent Dufour installé dans la Centrale dont il assurait la permanence depuis vingt-quatre heures, son visage ruisselant de cette sueur de juin qui coulait des pores mêmes de la patrie. Avec son front têtu, le mégot éteint aux lèvres, le visage pris par un poil qui paraissait lui-même particulièrement rageur et pointu, il devait avoir, j'en suis sûr, le même air insolent et narquois au moment de tomber dans le maquis, trois ans plus tard, sous les balles de l'ennemi.
Lorsque, dix jours auparavant, j'avais essayé d'obtenir de lui une communication avec ma mère, il m'avait répondu, avec une grimace cynique «que l'on n'en était pas encore là et que la situation ne justifiait pas une mesure aussi extrême». A. présent, il m'avait fait venir lui-même et ce simple fait en disait plus long sur la situation que toutes les rumeurs d'armistice qui couraient. Il m'observait, débraillé, le pantalon déboutonné, l'indignation, le mépris et l'insoumission marqués jusque dans sa braguette bâillante, avec ce front droit barré de trois lignes horizontales – et ce sont ses traits inoubliables que j'empruntai quelque quinze ans plus tard, lorsque je cherchais un visage à donner à mon Morel des Racines du Ciel, l'homme qui ne savait pas désespérer. Il m'observait, un écouteur contre l'oreille. Il paraissait écouter de la musique, avec une sorte de délectation. J'attendis, pendant qu'il m'observait, et sous ses paupières brûlées par l'insomnie, il y avait encore assez de place pour une étincelle de gaieté. Je me demandais quelle était la conversation qu'il surprenait. Peut-être celle du commandant en chef avec ses éléments avancés? Mais je fus vite renseigné.
– Brossard part se battre en Angleterre, me dit-il. Je lui ai arrangé une séance d'adieu avec sa femme. T'as pas changé d'avis?
Je secouai la tête. Il fit un geste d'approbation et c'est ainsi que j'appris que le sergent Dufour, depuis plusieurs heures, bloquait toutes les lignes téléphoniques pour permettre à quelques-uns, parmi ceux qui refusaient la soumission et partaient continuer la lutte, d'échanger un dernier cri de tendresse et de courage avec ceux qu'ils quittaient sans doute pour toujours."
"
Revenir en haut Aller en bas
lionel45
Enseigne de vaisseau de deuxième classe
Enseigne de vaisseau de deuxième classe


Localisation : Sens 89100
Navire préféré : Les IJN

MODELISME
Maquettes en cours:
Maquettes en Projet:

MessageSujet: Re: Pour les amateurs d'aviation française de la 2e guerre   Sam 28 Mai 2016, 08:25

Un extrait qui à le mérite de vouloir connaître le début et la fin de cet ouvrage Merci Wink
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Pour les amateurs d'aviation française de la 2e guerre   Sam 28 Mai 2016, 08:53

Grand merci Belgo pour ce texte et pour le rappel de cet écrivain un peu trop oublié. Chacun de ses bouquins est un plaisir jubilatoire et sa vie fut un bel exemple de combat, malgré une triste fin.

Il est je crois le seul à avoir eu le Goncourt sous 2 noms différents, puisqu'il écrivait aussi sous le nom de Emile Ajar.
Revenir en haut Aller en bas
belgo
Maistrancier
Maistrancier


Localisation : Vue sur les docks d'Anvers

MessageSujet: Re: Pour les amateurs d'aviation française de la 2e guerre   Sam 28 Mai 2016, 10:47

Par ici pour le texte intégral, mais je vous engage à acheter le bouquin qu'on trouve partout chez les soldeurs et bouquiniste, ne serait-ce que pour le plaisir physique que procure la lecture d'un livre pareil objet.
http://www.librius.net/b/46123/read
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Pour les amateurs d'aviation française de la 2e guerre   Sam 28 Mai 2016, 18:59

Si ce n'est déjà fait, et dans la mesure ou cet auteur semble te plaire, je ne peux que te conseiller de te procurer l'ensemble de son oeuvre, y compris les plus déjantées avec son personnage du juif Gengis Khon. 
Les titres sont innombrables: Chien blanc, Les racines du ciel, Les oiseaux se cachent pour mourir, Europa et tant d'autres. 
Revitalisant !

Tout à fait autre chose, toujours autant de jolies vitrines la nuit dans le quartier du port ? Lors de mon dernier passage lors de la visite d'une raffinerie, il y avait de bien beaux spécimens !
Revenir en haut Aller en bas
lionel45
Enseigne de vaisseau de deuxième classe
Enseigne de vaisseau de deuxième classe


Localisation : Sens 89100
Navire préféré : Les IJN

MODELISME
Maquettes en cours:
Maquettes en Projet:

MessageSujet: Re: Pour les amateurs d'aviation française de la 2e guerre   Sam 28 Mai 2016, 21:18

Je venais de mettre une réponse très inappropriée au débats en cours (Que je viens d'effacer) mais je vous laisse imaginer Wink
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Pour les amateurs d'aviation française de la 2e guerre   Sam 28 Mai 2016, 21:42

Ben non, je n'ai pas d'imagination à c'heure  Embarassed Razz. je ne sais pas trop pour qui c'est, mais tu peux toujours tenter ta chance par MP mon copain...

Pour Belgo, bien d'accord avec toi, un bouquin c'est palpable, sur du papier, le contraire du bidule informatique, juste bon pour quelque chose qu'on n'a pas envie de conserver... le contraire du Romain Gary ou du Emile Ajar !
Revenir en haut Aller en bas
belgo
Maistrancier
Maistrancier


Localisation : Vue sur les docks d'Anvers

MessageSujet: Re: Pour les amateurs d'aviation française de la 2e guerre   Sam 28 Mai 2016, 22:14

Je vais effectivement lire ses autres oeuvres, ça ne fait aucun doute. Pour les "spécimens" en vitrine, je n'approuve pas ce genre de commerce, par conséquent, je n'en ferai pas ici la promotion, n'en déplaise aux amateurs.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Pour les amateurs d'aviation française de la 2e guerre   Sam 28 Mai 2016, 23:09

Ok sur toute la ligne, c'est vrai que comme Hambourg et d'autres ports du nord de l'Europe c'est une "tradition" qui dure, sans pour ça lui donner plus de valeur !
Je te souhaite en tous cas une bonne lecture des œuvres croisées de Romain Gary et Emile Ajar ! Tu vas y passer du bon temps !
Il y a des dialogues ou des répliques que n'auraient pas renié Michel Audiard !
Revenir en haut Aller en bas
Captain crochet
Matelot
Matelot


Localisation : Banlieue parisienne
Navire préféré : de la coque de noix au Nimitz ...!!!

MODELISME
Maquettes en cours:
Maquettes en Projet:

MessageSujet: Re: Pour les amateurs d'aviation française de la 2e guerre   Lun 10 Oct 2016, 10:51

Merci à Belgo de m'avoir fait découvrir ce poignant extrait de l'oeuvre de Romain Gary dont je n'ai découvert que la version cinématographique : "la vie devant soi".

Je connaissais sa réputation d'écrivain mais là tu m'as donné l'envie de lire son oeuvre littéraire

Merci rien que pour cela
Revenir en haut Aller en bas
L'ancien
Amiral de la flotte honoraire
Amiral de la flotte honoraire


Localisation : Près du Bourget...mais chetimi de LILLE
Navire préféré : Bounty

MessageSujet: Re: Pour les amateurs d'aviation française de la 2e guerre   Lun 10 Oct 2016, 13:25

Le bonjour te va,
là je dis +1

_________________
Revenir en haut Aller en bas
belgo
Maistrancier
Maistrancier


Localisation : Vue sur les docks d'Anvers

MessageSujet: Re: Pour les amateurs d'aviation française de la 2e guerre   Lun 10 Oct 2016, 22:21

Bon à savoir, La Promesse de l'Aube en cours de tournage avec Pierre Niney dans le rôle principal et Charlotte Gainsbourg (sans doute dans le rôle de sa mère)... http://cineuropa.org/nw.aspx?t=newsdetail&l=fr&did=306032
Revenir en haut Aller en bas
 
Pour les amateurs d'aviation française de la 2e guerre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Réforme de l'orthographe de la langue française
» pour ceux qui ont connu Alger du temps de l'Algérie Française .
» Forces de sécurités Française RAID,BRI-PP-BRI,GIPN,GIGN
» école française ou irlandaise
» La Marine Française

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Royale Modélisme :: COMMUNAUTE :: La taverne de Captain Crochet-
Sauter vers: